date de création
5 mai 1999

dernière mise à jour --
20 juin 2017

 
CÉSARÉ (France)
http://www.cesare.fr/


Sophie AGNEL / Olivier BENOIT 
'Reps'
CD
Réf : Césaré 14/02/15/1
12,00 €
Sophie Agnel, piano et Olivier Benoit, guitare électrique. Enregistré à Césaré, Reims, juillet 2011. Deuxième enregistrement de ce duo en presque quinze années de collaboration. Et on ressent ce temps et cette complicité dans leur musique. Très vite, dans un amas de textures, il devient impossible de savoir qui fait quoi, frottements et résonances se mixent comme des ondes radios, dans la quête d'une matière sonore commune. La mécanique et l'électricité se rejoignent dans un envoûtement lancinant. Avec un texte de Cathy Heyden et des dessins de Thierry Azam. Un excellent disque !
Hélène BRESCHAND et André ZE JAM AFANE 
'Errances & Résonances. La femme sans bouche'
Livre 56 pages + double CD
Réf : Césaré 1612181
20,00 €
Une rencontre entre Hélène Breschand (compositions, harpe, voix) et André Ze Jam Afane (textes et voix). Une rencontre musique et textes.

Un double CD présenté dans un livre format A5 avec 54 pages de textes et de dessins de El Yamin Ze Jam Afane.

“Il faut ainsi ouvrir ces deux disques comme on le ferait d’un recueil d’histoires… venues d’un pays où elles continuent à se transmettre oralement; de morceaux qu’il convient d’aborder comme des paysages autant que comme des histoires .” David Sanson

Hélène Breschand, harpiste protéiforme, magnifie son instrument en créant un univers complexe, féerique et âpre à la fois. Peignes et pinces insérés dans les cordes, mailloche frottant le bois, ongles raclant les chevilles métalliques, archet arrachant aux cordes des harmoniques suraiguës, effets de grésillements ou de percussions, la harpe est détournée vers des étages de distorsions, d’échos et d’amplification électriques.

André Ze Jam Afane, originaire du sud Cameroun, sème des comptines et des mythes universels qui disent son regard sur les choses et le monde contemporain. Qu’il soit conteur, poète ou slameur, la musicalité transpire dans chacun de ses textes qui nous invitent toujours à nous regarder et à nous penser autrement.
Olivier CAPPAROS & Lionel MARCHETTI 
'Kitty Hawk, le sable et le vent'
Livre, 70 pages + double CD
Réf : Césaré 09/12/09
18,00 €
'Oratorio écrit et mis en scène par Olivier Capparos. Pour quatuor à cordes, deux récitants et trois haut-parleurs. Musique composée par Olivier Capparos et Lionel Marchetti. Avec René Farabet, Pierre Gerbaut. Lieu mythique du premier envol motorisé de l'histoire de l'aviatio réalisé par les frères Wright en 1903, Kitty Hawk est aussi le nom d'un espace imaginaire, crépusculaire, qui semble avoir retenu en lui des souffles, des corps, des animaux, les voix des vivants et des morts... dans un labyrinthe sonore livré aux tensions essentielles de l'essor et de la chute. Cette pièce de théâtre musical se propose de retracer la poésie du vol en ses commencements, et de tout ce qui suscitent la poésie de l'intervention de machines, le rêve humain du vol, le sens du poids ou de la légèreté, l'imagination du vent et du sable. Kitty Hawk se présente comme un oratorio de musique concrète et instrumentale, un théâtre musical de voix et des corps, composant avec l'art des sons fixés et l'art instrumental du quatuor à cordes.' notes de l'éditeur
COLLECTIF AOC 
'Question de directions'
CD
Réf : Césaré 06/01/3/1
12,00 €
Bertrand Landhauser - Olivier Teneur. Musiques du spectacle du Collectif AOC.
'Après La Syncope du 7 et K'Boum, les artistes du Collectif AOC inventent 'Question de Directions'. Un spectacle étonnant dans un chapiteau d'un nouveau genre. Conçu comme une boite à malice, qui expulse et engloutit les interprètes et leurs agrès, le spectacle fait se croiser à vive allure des prouesses acrobatiques qui s'amusent à défier les lois du genre. A travers les musiques de ce cd, vous retrouverez cet univers fait de plaisir et de maîtrise, source de fructueux et surprenants croisements.'
Enregistré entre Février 2004 et Avril 2005 par les compositeurs, à la maison ou en résidence (Equinoxe-Chateauroux, Szene-Salzburg, Manège de Reims, Studio Césaré).
Luc FERRARI-ENSEMBLE LABORINTUS & eRikm 
'Et tournent les sons'
CD
Réf : Césaré 06034
12,00 €
Une coproduction Césaré, La Muse en Circuit, Ensemble Laborintus. Ensemble Laborintus : Hélène Breschand : harpe. Philippe Cornus : percussions. Sylvain Kassap : clarinettes. Adeline Lecce : violoncelle. Franck Masquelier : flûtes. & eRikm : platines cd sur 'Archives sauvées des eaux'. 1. "Et tournent les sons dans la garrigue" (1977) (Réflexion sur l'écriture n°1). Pour bande magnétique et ensemble instrumental. Ce qui est proposé est une partition d'intentions ou de désirs sonores, une bande magnétique qui indique des matières et des formes et des idées générales qui doivent donner un sens. Cette pièce se joue sur la communication entre les musiciens qui choisissent de la réaliser ou de 'l'inventer'. 2. "Archives sauvées des eaux" (2000-2005) (Exploitation des concepts n°3). Version pour deux cds sur lesquels se trouvent des séquences avec lesquelles on improvise. Ce sont des morceaux de mémoire magnétique sauvés d'une inondation. L'ensemble réagit à sa guise, mais en restant groupé et peut glisser quelques citations de 'Patajaslocha', suite de danses composées en 1984. Cette version a été préparée avec Luc Ferrari au cours de l'été 2005. Il devait interpréter lui-même la partie de cds, mais il nous a quittés six jours avant l'enregistrement.
Hughes GERMAIN 
'Esprit de sel'
CD
Réf : Césaré 08/09/8
12,00 € ^
'Hughes Germain : composition, sons fixés et traitements. Plasticien sonore, il a travaillé plusieurs années sur les marais salants de Guérande. Collectant des sons, partageant ce lieu avec musiciens, danseurs, plasticiens... Il propose ici trois pièces : Bruit blanc' pour électroacoustique seule. Une recherche serrée des sons proches d'un bruit blanc sur le territoire des marais salants de Guérande. 'NaCI'. Pièce mixte (instrumentale et électroacoustique). Sons d'origine instrumentale qui prennent leur source dans les marais en traitant un an de données météo comme système de hauteurs et en cherchant dans l'imitation du paysage sonore des ressources et des modes de jeux instrumentaux inédits. Avec Benjamin Carat (violoncelle), Olivier Fiard (percussions), Donatienne Michel-Dansac (voix), Christophe Rocher (clarinette), Lionel Schmit (violon) et le Choeur de l'école de musique de Guérande. 'Sept marais'. Pièce pour paysage sonore reconstruit, avec Christophe Rocher : clarinette basse et voix. Enregistrés live à La Carène, Brest, le 25 mai 2007 par Sylvain Thévenard. Mixage réalisé durant le mois d'octobre 2007 par Hughes Germain et Samuel Allain.'
Alex GRILLO 
'La musique de l'Afrique est en nous'
CD
Réf : Césaré 06/12/5
12,00 € ^
Un projet d'Alex Grillo sur un texte de Daniel Biga. Avec Daniel Biga (voix), Alex Grillo (Vibraphone, voix), Didier Petit (violoncelle, voix) et Christian Sebille (ordinateurs, voix). 'L'Afrique est en nous' est un livre du poète Daniel Biga paru aux éditons 'l'amourier'. Avec Alex Grillo, ils en ont tout d'abord fait un concert-lecture à deux voix avec quelques sons de vibraphone. Puis, à partir de ce concert-lecture, Alex Grillo a composé 'La musique de l'Afrique est en nous' qui devient une variation à trois voix, mais avec beaucoup plus de sons : ceux du violoncelle de Didier Petit et tous ceux que transforme Christian Sebille avec ses ordinateurs.
Alex GRILLO & Christian SEBILLE 
'Momento'
CD
Réf : Césaré 04011
12,00 € ^
Alex Grillo : vibraphone amplifié et Christian Sébille : ordinateur. 'Le projet est issu d'une démarche qui interroge actuellement les courants des musiques électroacoustiques utilisant l'improvisation et la recherche du geste déclencheur d'électronique dans la musique contemporaine. Mettre l'outil de 'la mémoire' au service de l'immédiateté et de l'éphémère dans le cadre du jeu improvisé nous a semblé un champ passionant à explorer.'
Peter JAKOBER / ENSEMBLE ]H[IATUS 
CD
Réf : Césaré 1610171
12,00 € ^
Trois compositions de Peter Jakober interprétées par l’ensemble]h[iatus.
“beneden” (2009) pour ensemble, sons fixés et synthétiseur analogique. “weit beisammen” (2010) pour flûte, clarinette et électroniques. “mehr, ein wenig” (2008) pour deux tuyaux d’orgue, violon, violoncelle et électroniques.
Et trois improvisations de l’ensemble]h[iatus.
Peter Jakober électroniques (sur les morceaux 3 & 5). Martine Altenburger violoncelle. Tiziana Bertoncini violon. Fabrice Charles trombone. Isabelle Duthoit clarinette. Carl Ludwig Hübsch tuba. Géraldine Keller voix. Lê Quan Ninh percussion. Thomas Lehn synthétseur analogique. Angelika Sheridan flûte et flûte basse.

L'ensemble]h[iatus est un ensemble international de musique contemporaine créé à l'initiative de la violoncelliste Martine Altenburger et du percussionniste Lê Quan Ninh.
Modulaire et à géométrie variable, sa particularité est que la majorité - sinon la totalité - de ses membres possède à la fois une expérience d'interprète et d'improvisateur.

“Il y a comme de la transe dans la musique de ce jeune compositeur, mais toujours perturbée ou augmentée par la superposition de plusieurs temporalités, par le jeu de glissements définitifs et par l’apparition à la fois intempestive et juste de nouvelles couleurs sonores.”

“Avant et après le moment de l’interprétation, improviser ensemble comme lâchés dans le mouvement ininterrompu des circonstances présentes, à la fois agissant et soumis à celles-ci, contraints à vivre l’expérience de l’instant.”
Cécile LE PRADO 
'Le triangle d'incertitude'
CD
Réf : Césaré 07/09/08
12,00 € ^
'Le triangle d'incertitude' (1995-1996), suite pour paysages maritimes réalisée à l'Ircam. 'Imaginez la côte vue de l'océan Atlantique. Il y a ces lieux que vous reconnaissez, lointains et familiers : les phares, les caps, les repères ancestraux, et aussi les petits riens, les lieux plus familiers, une maison, un trait sur une falaise, et enfin ce petit pincement que ressentent les marins qui rentrent au port après un long voyage. Ces lieux porteurs de mémoire et de reconnaissance se nomment des amers. Maintenant, fermez les yeux pour laisser toute la place à l'univers des sons. Imaginez-vous au milieu de l'Océan, cherchant des repères, des amers sonores. Peu à peu, trois directions se dessinent et les trois axes forment le triangle d'incertitude. Au nord-ouest, le Fastnet, au Sud le Cabo Finisterre et à l'est, Le Conquet, la pointe de la Bretagne Des sons du paysage, vent, vagues, le littoral, se mêlent à ceux de la signalétique maritime, phares, bouées, radios, et puis les ports, les docks, les caisses qu'on ripe, les cornes de brume. Il y aussi les phares, les oiseaux de mer, la criée, toute l'âme sonore de chaque lieu qui se déploie, et, pour un instant, vous savez où vous êtes. Cécile Le Prado a enregistré les voix des paysages maritimes. Et puis, au cours d'un patient travail de transformation, elle est passée du sonore au musical, creusant dans la masse des informations pour en extraire l'identité musicale de chacun de ces trois lieux, de ces trois amers. Ainsi Le Triangle d'incertitude est une installation musicale au coeur de laquelle vous allez voyager. Cécile Le Prado vous appelle ainsi à rejouer le drame du voyageur immobile, éveillé sur la tempête endormie, et, comme le poète, à entendre plus loin que l'horizon.' 'Née en 1956, elle étudie la musique et la composition électroacoustique au conservatoire de Nantes. Elle travaille notamment au GES Vierzon, à l'INA-GRM et à l'Ircam. Elle réalise des musiques pour la danse et pour l'image avec Robert Cahen, Christian Boustani, Jean-Christophe Ballot... Les compositions de Cécile Le Prado sont un travail musical, une métaphore onirique du paysage sonore réel, à la fois un prétexte et le point de départ d'un voyage intérieur. Elle propose des musiques-paysages, des sons-frontières, à explorer.'
Lionel MARCHETTI 
'Noord five Atlantica'
CD
Réf : Césaré 05/12/1
12,00 € ^
'Composé en 2003-2005, Noord Five Atlantica est un essai de poétique océanique. L'écoute acousmatique de 33'29'' donne à entendre les sons d'une jungle d'animaux et d'humains vivants, se débattant sur une arche frêle éprouvée par mille vents et mille tremblements de la mer'.
Luis NAÓN / ENSEMBLE LABORINTUS 
'Lascaux experience'
CD
Réf : Césaré 10/10/10/1
12,00 € ^
“Pièce mixte pour bande et ensemble instrumental. Avec Laborintus avec Hélène Breschand, harpe, Sylvain Kassap, clarinette basse, Franck Masquelier, flûtes, Anaïs Moreau, violoncelle, Philippe Cornus, percussions.
“Quelques milliers d'années séparent et relient la caverne de Lascaux (Périgord) et ce disque. Nous, musiciens et compositeur, vous invitons à l'expérience qui consiste à s'appuyer dans le passé, en s'appropriant les lieux, le tracé du son (électroacoustique) dans l'optique de réinventer, à chaque instant, un présent. Réhabi(li)ter la caverne, réinvestir l'espace urbain pour l'art.” L. Naón
“Depuis que j’ai décidé d’inclure dans le cycle Urbana plusieurs œuvres de nature diverse mais avec des communs dénominateurs, l’ensemble de ma production se télescope et interpénètre. Mon centre d’intérêt n’est plus la somme des parties mais bel et bien le chemin pour arriver à rendre ces parties visibles, existantes. Ainsi le travail ici présenté est le fruit d’avatars divers. De refus en occasions, s’est créée d’abord une idée d’installation - Lascaux Urbaine - issue de la trace d’une pièce instrumentale composée à l’IRCAM en 1997, importante parce qu’elle cristallise, par son titre, Urbana, la volonté d’étaler le travail de composition sur des cycles plus vastes. Par la suite, le projet, qui avait été abandonné sous sa forme initiale, renaît avec la commande de l’Etat et des MIA – Musiques Inventives d’Annecy – donnant lieu a un double support, Lascaux Urbana, pour bande électroacoustique en 12 parties et 5 canaux et une vidéo synchrone – réalisé par Diego Pittaluga sur des images du plasticien Abel Robino. C’est sur ces “parois” que s’inscrivent les musiciens de l’ensemble Laborintus pour donner lieu à une nouvelle partition qui complète, contredit ou efface l’électronique et la vidéo initiales. Cette étape, que j’ai appelée Lascaux Expérience – hommage décalé à Jimi Hendrix – est un nouveau terrain ouvert de friction entre l’extérieur et l’intérieur de la première Lascaux, la nôtre mais aussi la vraie.
L’intrusion des musiciens dans cette nouvelle caverne boucle la boucle. Les matières fixes sont réinvesties et les musiciens, en les animant, les font revivre. Désormais, par dessus les parties électroacoustiques devenues tissu invisible, parfois muet, évolue le geste instrumental. C’est de ces combinatoires et de cette friction entre image, son électronique et son et “présence” instrumentale qu’est faite Lascaux Expérience. Cette “version” qui comporte 17 fragments, est une image de cette aventure.” L. Naón
Né à La Plata (Argentine) en 1961, Luis Naón étudie la musique à Buenos Aires puis au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris avec Guy Reibel, Laurent Cuniot, Daniel Teruggi, Sergio Ortega et Horacio Vaggione. Depuis 1991, il est professeur en Composition et Nouvelles Technologies au CNSMD de Paris. Il enseigne également la composition à l’ESMuC (Ecole Supérieure de Musique de Catalogne) depuis 2003 et la Composition Electroacoustique à la Haute Ecole de Musique de Genève.”
Yann PARANTHOËN / Christian ZANÉSI 
'Un visage apparaît'
maxi-CD
Réf : Césaré 10/01/9/1
10,00 € ^
'Portrait d'Irène Zack' (première diffusion : 2003) de Yann Paranthoën. 'Portrait sans visage' de Christian Zanési. 'Au départ, Yann Paranthoën, disparu en 2005, eut l'idée de produire, en 1999, une courte pièce 'Portrait d'Irène Zack' portrait radiophonique d'un sculpteur au travail. Cette pièce faisant partie d'un travail plus vaste, dont le titre 'Jeux de mains' évoquait la possible disparition du toucher dans les métiers d'art. Il enregistra, comme à son habitude, Nagra en bandoulière et perche à la main. En studio, il monta et mixa ses sons avec son savoir faire en 'greffant' les sons mono dans la stéréophonie à l'aide de quatre magnétophones à bandes. Soucieux de montrer quelle pouvait être une autre relation au son, il proposa, par générosité et esprit d'expérimentation, à Christian Zanési, un ami compositeur membre du G.R.M. (Groupe de Recherche Musicale) de produire lui aussi une œuvre courte à partir des sons qu'il avait enregistrés. Zanési, lui travailla avec l'ordinateur, qui lui permit, en plus des procédures de montage, les transformations de la matière sonore elle-même.' Herbé Birolini
Frédéric PATTAR / L'INSTANT DONNÉ 
'Outlyer'
CD
Réf : Césaré 11/11/11/11
12,00 € ^
L'instant donné : Elsa Balas, alto. Nicolas Carpentier, violoncelle. Caroline Cren, Fender Rhodes, piano. Esther Davoust, harpe. Maxime Echardour, percussion. Saori Furukawa, violon. Cédric Jullion, flûte. Philippe Régana, hautbois. Mathieu Steffanus, clarinette. 'Lierre' (2007) pour harpe et Fender Rhodes. 'Miroir noir I' (2009) pour zarb et trio à cordes. 'Miroir noir II' (2008) pour clarinette et trio à cordes. 'Miroir noir III' (2009) pour celesta, toy piano et trio à cordes. 'Outlyer' (2007) pour flûte sul palco, violon et harpe, Fender Rhodes, percussion, alto, violoncelle. 'Snowdrift' (2011-12) pour soprano, flûte, hautbois, clarinette, harpe, Fender Rhodes / piano, percussion, violon, alto et violoncelle. Invitée : Marion Tassou, soprano. Frédéric Pattar est né en 1969 à Dijon. Il débute ses études musicales par la pratique du piano. Parallèlement, il commence à improviser et composer de façon autodidacte. Il se destine à des études supérieures de piano quand il entre en 1994 dans la classe de composition de Gilbert Amy au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon où il obtient son diplôme en 1998. Il termine ses études à l'IRCAM où il suit le cursus d'informatique musicale (1999/2000). Durant l'année 2010, il est en résidence au DAAD Künstlerprogramm de Berlin (Deutscher Akademie Austausch Dienst). Frédéric Pattar partage son temps entre Paris et Istanbul. Il se consacre entièrement à la composition musicale et reçoit de nombreuses commandes (Festival d'Automne à Paris, Musée du Louvre, Wittener Tage für neue Kammermusik, Kammerensemble Neue Musik Berlin, etc.). Ses oeuvres son interprétés par de nombreux ensembles spécialisés (ensemble Intercontemporain, Quatuor Arditti, ensemble Cairn, Ictus, etc.) en Europe et dans le monde. Depuis une dizaine d'années, il collabore étroitement avec l'ensemble L'Instant Donné pour lequel il écrit de nombreuses pièces. La musique de Frédéric Pattar expose un langage très contrasté : toujours tendue, sans concession, mais ne refusant pas un certain lyrisme, elle recèle une véritable intensité dramatique. Éléments moteurs dans ses oeuvres, les flux rythmiques déferlent en vagues successives et viennent modeler le tissu harmonique, créant différents plans sonores aussi évidents qu'inattendus. Souvent, quand il ne travaille pas directement avec un écrivain, Frédéric Pattar trouve le point de départ de ses pièces Ð l'étincelle initiale Ð dans des écrits, la plupart du temps poétiques, qu'il s'approprie et sublime. Qu'on ne cherche pas un lien direct entre les mots et la partition, il ne s'agit jamais d'illustration ou de mise en musique, c'est une relation plus diffuse et intime qui touche à la genèse de l'oeuvre et non à son propos. L'Instant Donné est un ensemble instrumental qui se consacre à l'interprétation de la musique de chambre contemporaine. Dès ses débuts en 2002, le choix d'un fonctionnement collégial et d'une équipe d'interprètes fixes s'impose. Les projets de musique de chambre non dirigée sont privilégiés. La volonté de jouer sans direction n'a rien de dogmatique : simplement, elle implique un travail différent, obligeant à une connaissance plus globale de la partition, à une grande intensité dans l'écoute mutuelle, à une attention à l'autre qui implique un engagement sans faille. L'Instant Donné a ainsi su s'imposer au fil des années comme une référence en matière de musique de chambre d'aujourd'hui. L'ensemble est installé à Montreuil (Seine-Saint-Denis) aux portes de Paris. Le répertoire s'étend de la fin du XIXe siècle à nos jours avec, suivant l'inspiration, des incursions vers les époques antérieures (baroque, classique, romantique). Toutefois, la programmation est principalement consacrée aux compositeurs d'aujourd'hui avec lesquels l'ensemble collabore étroitement (concerts monographiques consacrés à Frédéric Pattar, Stefano Gervasoni, Gérard Pesson, Johannes Schöllhorn, Clemens Gadensttter parmi d'autres...).
Carole RIEUSSEC 
'L'étonnement sonore'
double CD
Réf : Césaré 1309141
15,00 € ^
L'étonnement sonore est une création électroacoustique diffusée via un haut-parleur. La spatialisation du son est confiée à un duo chorégraphe-compositrice. Le premier CD propose une écoute contemplative. Le deuxième CD propose d'écouter la version pour plateau sur un haut-parleur.

Carole Rieussec est compositrice et membre du duo Kristoff K. Roll.

Un objet de pensée sonore en mouvement.
'C'est à partir de mon autobiographie artistique que je propose d'interroger - et dans le même temps de prolonger philosophiquement - le premier objet de pensée sonore en mouvement que j'achève de poser : l'étonnement sonore. Je définirais ce que je nomme 'objet de pensée sonore' selon deux moyens : d'abord comme il s'est présenté à moi, c'est-à-dire en un aphorisme surgissant d'un pays que je ne connaissais pas, qui s'est imposé de façon libre, sans qu'il y ait ni recherche ni attente spécifique de ma part : l'étonnement sonore, un objet de pensée sonore en mouvement. ensuite, j'ai dû démêler cette association verbale : l'objet, la pensée sonore, le mouvement. ainsi dissociés, ce sont comme trois sous-ensembles qui m'ont permis d'éclaircir ce bout de territoire expérimental où je me suis installée.' Carole Rieussec

'L'étonnement sonore est un objet qui se métamorphose continuellement. Il s'appréhende sous différentes formes ou différents modes :
1. une pièce de musique électroacoustique, aussi dénommée 'texte-composition'
2. une pièce de théâtre sonore et chorégraphique ou 'pièce pour plateau'
3. une partition visuelle & la vidéo 'temps réel', mise en abîme plastique de la diffusion du son dans l'espace.
4. des performances dans la ville, duo d'improvisation son danse, mise en perspective des architectures urbaines
5. un solo de musique électroacoustique, mise en abîme de la parole
6. une installation, musique acousmatique diffusée sur trois haut-parleurs dans une pièce noire, version dite 'contemplative' de l'étonnement sonore
7. une conférence sur 'les objets de pensée sonore'
8. une édition contenant quelques éléments de cette liste
9. un poème intitulé 'objet de pensée sonore'
10. une pièce minimale aux 'noms de femmes', à venir (un / une performeur / performeuse, une voix amplifiée, live ou non, voix qui énonce une liste de prénoms féminins, au minimum 60 noms par heure, et au maximum 1200 par heure, on propose à l'audience de venir réfléchir à la présence des femmes dans le monde philosophique
11. une pièce répétitive, à venir (une voix hors-champ, une phrase répétée, le/la performeur/performeuse, l'espace, l'audience, l'écoute)
() liste ouverte
En parallèle à ce que projette dans l'imaginaire la transformation formelle d'une oeuvre, cette liste évoque le processus d'immanence que j'ai tenté d'explorer dans cet objet. tous les objets viennent de la pièce électroacoustique initiale, il n'y a rien d'extérieur ou de transcendant.' CR
Xavier ROSSELLE 
'Swan'
CD
Réf : Césaré 13/03/13/1
12,00 € ^
Swan, spectacle chorégraphique pour six danseuses, six cygnes blancs et trois cygnes noirs. Concept : Luc Petton. Chorégraphie : Luc Petton et Marilén Iglesias-Breuker. Composition musicale : Xavier Rosselle. Créé au Théâtre national de Chaillot du 6 au 14 juin 2012. Après la 'Confidence des Oiseaux', 'Swan' est le second volet de la trilogie consacrée à l'univers des oiseaux traité comme expression artistique à part entière. Sur un concept du chorégraphe Luc Petton (compagnie Le Guetteur ), danse et musique dialoguent. Swan se situe dans un espace-temps poétique où les frontières entre animalité et humanité, entre les éléments, air, terre et eau, sont indécises. Cette création conjugue archaïsme des images et traitement chorégraphique contemporain, musiques acoustiques et musiques électroniques, rythmes primitifs et mélodies contemporaines ; le blanc et le noir. L'inspiration puisée hors de la musique génère la forme, l'écriture et la présentation. Les traitements en temps réel des pas des cygnes, de l'eau, des corps, des cris, des bruits d'aile, se superposent, se mêlent et s'opposent au son acoustique du saxophone. Un univers particulièrement vivant et fragile, immobile et dominant, calme et violent. Xavier Rosselle participe à de nombreuses créations et concerts en tant qu'interprète, improvisateur ou compositeur en France et à l'étranger. Après trois années au sein du 'Quatuor de Saxophones de Versailles'et des 'Desaxes', il se consacre à la création contemporaine et parallèlement il fonde sa compagnie 'Musique Création Diffusion' en 1993 et crée de nombreux spectacles musicaux. Son intérêt pour toutes les formes d'expression artistique l'amène à jouer avec des musiciens de différents horizons (Louis Sclavis, Antoine Hervé) et à écrire des musiques de scène pour le théâtre, les marionnettes et la danse. Pour la composition de la bande originale de Swan, Xavier Rosselle a bénéficié d'une commande de l'Etat. Parallèlement à sa carrière éclectique de musicien et compositeur, il mène une activité de pédagogue. Titulaire du C.A. il enseigne le saxophone au Conservatoire à Rayonnement Régional de Reims.
Jérôme César THOMAS 
'Entropy 5 films'
DVD
Réf : Césaré 13/03/12/1
30,00 € ^
Ce DVD rassemble cinq films. 'Entropie' (2002) avec Emmanuelle Huynh. Musique de Siegfried Canto. 'Kajsa' (2003) avec Kajsa Sandström, Ula Sickle (P.A.R.T.S. Anne Teresa De Keersmaeker). Musique de Stephan Dunkelman. 'Kyoto' (2006) avec Berry (Élise Potier). Musique de Hervé Birolini. 'Absence' (2007) avec Pierre Terzian. Musique de Hubert Michel. 'Mémoire d'eau' (2009) avec le CCN - Ballet de Lorraine et Christophe Béranger. Musique de Hubert Michel. 'Mon travail questionne le chaos organisé, l'ordre qui évolue vers un désordre prévu. Cette mesure de désordre qui tend à s'accroître dans une direction du temps. Un temps irréversible qui accélère les dégradations et les pertes d'informations irréparables et les emmène vers une mort certaine. Tout se dégrade, c'est la rouille qui nous ronge, la vieillesse qui nous gagne, le feu qui s'éteint, le temps qui s'enfuit. L'entropie, c'est que tout a une fin, c'est la durée en tant que telle, le temps qu'il nous reste. L'univers comme nous aura une fin, c'est une expansion qui ne ralentit pas, elle accélère. 'Ce quelque chose doit rompre' et cette atmosphère de l'attente d'une 'catastrophe menaçante' est au centre de mes recherches : les verres qui se brisent par exemple dans mes films signifient que ces destructions prolongent ce quelque chose qui s'est mis en mouvement il y a plusieurs milliards d'années. Les verres se cassent, mais n'arrivent pas à se reconstituer, parce qu'ils suivent l'élan naturel de l'ordre vers le désordre apparu après le big-bang qui a mis la flèche du temps en mouvement. Les espaces se referment. Dans les 5 films présents dans ce DVD, j'ai tenté d'élaborer des récits simples et de me libérer du souci dramaturgique. J'ai voulu transcender la réalité en commençant par l'ordinaire pour atteindre l'extraordinaire. Questionner l'invisible aujourd'hui même, époque dans laquelle le concret règne par son efficacité apparente, mesurable, donc si rassurante. Tout ce qui ne peut être décrit et qui, pourtant, déborde de sens. Ces films sont des univers qui enferment et où chaque geste semble résister à l'architecture minimaliste des intérieurs et à l'écrasement des lourds volumes de l'extérieur, dont l'agitation dérisoire semble vouloir tromper le vide. Le corps en vie résiste à l'entropie. Dans mes films, le corps est cette enveloppe dans laquelle nous nous protégeons, nous nous perdons, nous nous dévoilons, qui nous trahit, qui ne ment pas. Il s'impose souvent nu, fragile, en tension, vivant, expressif, le corps plutôt que la parole. Le corps est une source de parole silencieuse et de sens inestimable. Il offre la possibilité d'appréhender la réalité par le ressenti, d'observer les rapports invisibles avec son environnement. Mon travail semble particulièrement approprié à ce désir de communiquer au-delà du verbe, et à remplacer la parole par un univers sonore complexe pour montrer autrement.' Jérome César Thomas. Jérôme César Thomas est un artiste français né à Nancy en 1973. Il navigue entre le dessin, la photographie, le film, les installations vidéo et la sculpture. La ligne de partage qui traverse ces différents espaces est nécessaire pour en déterminer la nature. Par-delà leurs différences, les travaux de Jérôme Thomas s'appliquent en effet à l'exploration d'un point de tension, celui où les choses, les êtres chutent, se brisent et se dispersent. Ses oeuvres sont des dispositifs perceptifs et des installations, qui mettent en place des situations spatiales de projection. Elles réunissent de multiples niveaux de réel et d'imaginaire et amplifient le langage des objets et des situations ordinaires. Depuis 2007, il enseigne l'image en mouvement et le cinéma expérimental aux étudiants de l'École Supérieure des Arts Décoratifs de Strasbourg et y codirige l'atelier vidéo.
TÔ 
'Etazma'
CDR
Réf : césaré tô
9,00 € ^
'A travers les filtres que constituent les parois d'un bâtiment et les complexes réseaux électriques qui composent son système nerveux, le son transparaît comme une matière résiduelle de son activité, érodée par l'architecture. La situation géographique de ces phénomènes acoustiques, est-elle représentative de la nature de cette activité. Test/Tone est un espace d'écoute résultant d'une étude du bâtiment la Cartonnerie ,lieu dédié à la diffusion de musiques amplifiées comportant deux salles de concert,plusieurs studio, locaux techniques et zone d'acceuil du public. L'espace est constitué d e 10 hauts parleurs diffusant une pièce exclusivement composée de prise de sons issues du bâtiment. Ces enregistrements : vibrations,champs magnétiques,flux de public ou activité des personels travaillant sur place,mettent en avant des images sonores quasi inaudibles du lieu. La disposition des hauts parleurs dans le dispositif est-elle définie par un travail de cartographie, établi au fil des captations et ayant fait apparaître les zones de flux sonore les plus importantes du site. Test/Tone est un travail de phonographie urbaine, à la fois une retranscription à échelle réduite de la géographie d'un lieu et un agrandissement de son environnement sonore. Un espace à traverser, recyclant d'une part des bribes de ' musique ' à travers leur propre structure de diffusion et d'une autre le ' bruit ' généré par cette même stucture.'
Franck VIGROUX 
'Camera'
LP
Réf : Césaré 15/02/16/1
15,00 € ^
Une musique électroacoustique qui allie sources instrumentales acoustiques et électroniques marquées par une littérature de fiction aux utopies effrayantes !
'Le projet Camera réunissait trois musiciens avec lesquels j'avais régulièrement joué sur scène souvent en improvisation totale, associant instruments acoustique et électronique.
Enregistré à Césaré en 2012, cette suite de pièces fait écho à un travail mené de 2011 à 2012 autour d'auteurs de la littérature dite dystopique et qui s'était notamment traduit par un essai radiophonique et un spectacle danse et musique... Dans Camera apparaît subrepticement la voix d'Haldous Huxley'
Interprètes : Michel Blanc, percussions, Matthew Bourne, piano, Bruno Chevillon, contrebasse, Franck Vigroux, électronique et guitare.