date de création
5 mai 1999

dernière mise à jour --
22 avril 2017

 
LA MUSE EN CIRCUIT (France)
http://www.alamuse.com
Créé en 1982 par Luc Ferrari, La Muse en Circuit est un studio de création et de réalisation musicales, spécialisé dans la création radiophonique, la composition instrumentale et électroacoustique.

COMPILATION 
ÉLÉMENT
CD
Réf : hörspiele V
10,00 €
Les lauréats du 5 concours d'art radiophonique. Avec Pascal Ayerbe 'Elément Air(e)', Elsa Justel 'L', Alessandro Bosetti 'Everyday Objects', Patrick Dubost 'Le tableau de Mendeleiev', Elainie Lillios 'Speaking... again', Tomonari Higaki 'Arbre de silence', Guillaume Beauron et Olivier Capparos 'Liber'.
COMPILATION 
LIEU
NON-LIEU
CD
Réf : hörspiele IV
8,00 €
Arnaud Sallé '°polaris', Darren Copeland 'Driving through turbulence', Gino Favotti 'La comédie du chasseur', Jean-Baptiste Favory 'Zona del silencio'. Les lauréats du quatrième concours Hörspiele.
COMPILATION 
CONCOURS D'ART RADIOPHONIQUE LUC FERRARI : HÖRSPIEL AVEC... MADAME DE SHANGHAÏ
CD
Réf : Muse9-1
10,00 €
'Pour sa huitième édition, le concours biennal initié par Luc Ferrari s'inspire d'une des pièces de son catalogue, 'Madame de Shanghai' pour trio de flûtes et bande magnétique. C'est à la fois une manière de rendre hommage à ce compositeur, et un moyen de stimuler l'imaginaire des créateurs en leur proposant d'écrire une œuvre qui fait légèrement évoluer le principe du Hörspiel. Les projets retenus ont ainsi été choisis pour la qualité de l'adéquation entre l'écriture instrumentale, les sons fixés (sons captés et diffusés issus de divers paysages et témoignages sonores), et le sujet même de la composition. L'amplification et la multidiffusion contribueront à l'originalité et à la richesse de cette relation. Au-delà de l'acception traditionnelle du mot, ces Hörspiele expérimentent donc une nouvelle façon d'explorer les limites de la narration et du projet musical : Lorenzo Bianchi (Italie) : 'Ouest profond', pour sons fixés et trombone, interroge la notion de surveillance, sa relation à la coercition et au pouvoir. À partir de la récente explosion des nouveaux médias (nanotechnologies, communautés sociales sur internet), le compositeur s'inspire de 'Surveiller et Punir' de Michel Foucault. Daniel Blinkhorn (Australie) : 'in situ bacia', pour sons fixés et clarinette, propose une prise de conscience de la diversité environnementale de la forêt amazonienne, par un travail sur l'univers acoustique et les bruits insoupçonnables de la vie qui y fourmillent (près de 30% des espèces terrestres du globe y cohabitent). Vincent Laubeuf (France) : 'Les Pérégrinations de Tokyo', pour sons fixés et hautbois, exprime le rapport parfois déroutant et ambigu qu'éprouve le voyageur avec le lieu qu'il découvre et apprivoise. Cette expérience s'illustre à Tokyo, avec un discours fragmentaire du hautbois, des sons de rue, de conversations, de métro... Les solistes de Multilatérale interprétent ces trois créations. Pour cette huitième édition du Concours international d'art radiophonique, la pièce de Luc Ferrari : 'Madame de Shanghaï' et les œuvres des lauréats font l'objet d'un enregistrement discographique réalisé dans les studios de La Muse en Circuit.'
COMPILATION 
CONCOURS D'ART RADIOPHONIQUE LUC FERRARI
CD
Réf : Muse7-1
10,00 €
7e concours international d'art radiophonique pour sons fixés et voix. Réuni à la Maison de Radio-France, le jury était composé de Marc Texier (festival Archipel), Luis Naón (compositeur Sacem), Anne Gilot (Radio Suisse Romande), Ursula Schregel (West Deutsche Rundkunft), David Jisse (La Muse en Circuit), Franck Smith (Atelier de Création Radiophonique–France Culture) et Dominique Petitgand (compositeur). Quatre lauréats ont été nommés : John Menoud (Suisse) “Béances”, Robert Mac Kay (Angleterre) “Song of Stones”, Marc Chalosse (France) “Histoire de Jeanne”, Bryan Jacobs (Canada) “Into Callous Hands”. Accueillis dans les Studios de la Muse en circuit, ils ont réalisé le projet sur lequel ils avaient été sélectionnés. Les œuvres ainsi produites ont fait l’objet d’un disque et ont été données en concert le 29 mars 2007 dans le cadre du Festival Archipel à Genève et le 14 mai 2007 dans le cadre de La Muse en festival - extension du domaine de la note VII à la Maison de la Poésie à Paris.
COMPILATION 
10e CONCOURS LUC FERRARI : CORRESPONDANCE
CD
Réf : Muse13-1
10,00 €
10ème Concours International d'Art Radiophonique, Luc Ferrari. 'Tous les deux ans, La Muse en Circuit, Centre national de création musicale, et la SACEM en partenariat avec le Festival Archipel, l'INA-GRM, Radio France, Radio Campus, la Radio Suisse Romande - Espace 2 DeutschlandRadioKultur, et Musiq 3 RTBF, propose aux jeunes compositeurs de postuler au concours Luc Ferrari dont l'intitulé est cette année: Correspondance. En français, le mot Correspondance renvoie aussi bien à l'échange de lettres qu'aux changements de direction, aux liens privilégiés entre deux personnes ou entre deux choses. Correspondance, c'est le signe du contact et de l'attente, de la complexité du monde et du hasard de la rencontre parfaite. Correspondance, comme une manière de compenser l'absence' David Jisse. Avec Sam Salem, 'Dérive', Julia Hanadi Al Abed, 'Bilad el cham', Alejandro Montes de Oca 'CorresponTrans'.
COMPILATION 
CONCOURS D'ART RADIOPHONIQUE LUC FERRARI : COMPOSER LE RÉEL
CD
Réf : Muse11-1
10,00 € ^
“Pour cette neuvième édition, La Muse en Circuit et la Sacem, avec la participation de Radio France, la Radio Suisse Romande, la Deutschlandradio Kultur, la RTBF et le festival Archipel, proposent Composer le réel. Renouer dans la plus grande liberté, avec cette forme inventive de composition qui autorise tout autant la narration que l’abstraction, le geste le plus minimaliste que la forme luxuriante. Certes l’espace acoustique d’aujourd’hui n’est sans doute pas plus sonore que celui d’hier, mais la grande différence réside dans l’art consommé que l’homme a eu, depuis plus d’un siècle, à vouloir en fixer la trace. Parallèlement à cette capacité sans cesse décuplée, son éternelle envie d’aller voir derrière le son ce qui se passe a engendré une nouvelle manière de composer, construite autour de cette captation et augmentée par la puissance de la technologie. De la musique concrète au field recording en passant par l’art radiophonique, toutes ces manières de faire se retrouvent aujourd’hui dans ce qu’il est convenu de nommer le “Hörspiel” et qui reste l’objet musical à la fois le plus identifié et le plus flou dans ses limites.” David Jisse
1. DinahBird & Caroline Bouissou : “Topographies nocturnes”. “Cette collaboration naît de la rencontre d’une artiste sonore, DinahBird et d’une performeuse Caroline Bouissou (...) Comme avec “Silence” de John Cage, cette partition-promenade peut se lire et se relire, s’écouter et se réécouter tout en n’étant jamais la même”. DinahBird et Caroline Bouissou
2. Floy Krouchi : “Couvre-feux”. “Dans ce Hörspiel, Floy Krouchi travaille autour de sons capturés sur le théâtre des opérations au Moyen-Orient depuis 2001 en mêlant textes, témoignages et documents d’archives.”
3. Sarah Boothroyd : “All In Time”. “Inspirée par le roman d’Herbert George Wells “La machine à explorer le temps”, l’artiste sonore canadienne Sarah Boothroyd invite l’auditeur à s’égarer dans un voyage qui oscille entre science et science-fiction.”
Mastering - La Muse en Circuit : Laurent Codoul assisté de Camille Lezer." notes du label
COMPILATION 
TRAMES #
CD
Réf : ALM 001
13,00 € ^
Avec Luis Naón, 'Perspectives' (2004). Samuel Sighicelli, '3e jour' (2009). Sébastien Béranger, 'Schizo à 120' (2002). David Jisse, 'Drôle de Trame' (2009). Sébastien Roux, 'Katsina' (2009). 'Pour ce premier disque du label discographique Alamuse, nous avons souhaité faire découvrir les œuvres de cinq compositeurs liés à La Muse en Circuit par des chronologies et des histoires différentes, mais qui tous partagent cette jubilation du sonore dans un geste musical à la fois savant et ludique. Des générations différentes donc et des approches diverses, mais des compositions où la ' narration ', mot souvent ambigu lorsqu'il s'agit d'écriture musicale, est ici prise dans son sens littéral et métaphorique, ce qui donne à toutes ces musiques une incarnation sensuelle qui est la marque de fabrique de La Muse.'
E-SAXBOW 
'U-t-o-p-i''
CD
Réf : ALM 006
13,00 € ^
U-t-O-P-i confronte le saxophone baryton électrifié de François Wong et l'e-string de Florent Colautti. C'est dans une équivoque entre acoustique et électronique que le duo questionne, façonne et compose une illusion. Cette nouvelle création déroule un temps élastique fait de trajectoires étirées et minimalistes pour mieux s'engouffrer dans des compressions denses et rugueuses. La pièce joue également de la confusion de la confusion des sources : qui du saxophone ou du e-string émet le battement, sculpte la matière, métamorphose le son ? Bien que chaque instrument conserve son espace défini, le résultat est une œuvre commune qui ne pourrait exister sans l'interaction des ondes.
Luc FERRARI 
'Matin et soir'
CD
Réf : ADDA 581156
15,00 € indisponible ^
On a pu retrouver quelques copies de ce CD de Luc Ferrari dans les archives du GRM. 'A la recherche du rythme perdu' (1978) pour piano, percussion et bande magnétique. Henry Fourès, piano. Carlo Rizzo, tambourin multitimbrique. 'J'ai été coupé' (1969). Musique concrète composée dans les studios du GRM. 'Histoire du plaisir et de la désolation' (1981). Orchestre National de France sous la direction de Michaël Luig.
Reinhold FRIEDL / Franck VIGROUX 
'Tobel'
CD
Réf : ALM 005
13,00 € ^
Reinhold Friedl, piano. Franck Vigroux, électroniques. Le premier est connu pour son travail avec Zeikratzer et explore le piano et son intérieur pour en faire jaillir résonances et stridences très électroniques. Le second se passionne pour tout l'électronique que l'on dit vintage ou analogique et l'aborde dans une gestuelle très instrumentale. Cette composition joue sur ces oppositions pour en tirer puissance et ambiguïté. 'Reinhold Friedl et Franck Vigroux, deux musiciens passionnés par une approche très contemporaine : aller au cœur du son. Reinhold Friedl avec son instrument purement acoustique et sa technique inside-piano qu'il a développée et maîtrisée jusqu'à la perfection, et Franck Vigroux avec l'électronique radicale. Le but de cette rencontre est la fusion de ces univers sonores qui s'opposent. D'une première collaboration en 2013 est né 'Tobel', une composition d'environ 40 minutes créée au N.K. de Berlin puis à Anis Gras, le lieu de l'autre, en région parisienne. La Muse en Circuit, Centre national de création musicale, a ensuite invité le duo à venir enregistrer dans ses studios.'
Philippe LE GOFF 
'Lueurs'
CD
Réf : Muse 291832
13,00 € ^
1998. 'Lueurs' est une commande du studio Césaré de Reims que Philippe Le Goff a réalisée autour du thème 'Art et archéologie'.
Javier Torres MALDONADO 
'Un posible dia'
CD
Réf : ALM 002
13,00 € ^
POur voix (soprano), récitant, ensemblke et électronique. Avec Ana Candida de Carvalho Carneiro (dramaturgie), José Manuel Recillas (poèmes), Maja Pavlovska (soprano), David Jisse (récitant), Ensemble 2e2m sous la direction de Pierre Roullier. 'Un Posible día (Un jour possible) est né du besoin d'aborder un genre qui, bien qu'il ne soit pas du théâtre musical à proprement parler, offre la possibilité de créer des fluctuations entre théâtre imaginaire et musique. Cette idée m'a ainsi poussé à demander à la dramaturge Ana Candida de Carvalho d'inventer une pièce radiophonique créée pour l'occasion. L'idée de fluctuation entre théâtre imaginaire et musique ne se retrouve pas seulement dans la manière dont les différents éléments musicaux et dramatiques interagissent, mais aussi dans l'intention de construire des situations qui naissent de la musicalité de la parole et de la théâtralité implicite dans la dynamique de certains processus musicaux. En ce sens, l'écriture de la voix de l'actrice principale est une réponse évidente à mes intentions : elle oscille avec simplicité entre chant et récitation. Un posible día est une oeuvre qui s'interroge elle-même dans le but de répondre à une question dont la réponse ne peut être donnée à travers ces paroles, mais uniquement par son propre truchement : est-il possible aujourd'hui de considérer une pièce radiophonique comme étant une forme vivante et correspondant à notre époque ? J. T. Maldonado 'Quel profondo oceano...(Cet océan profond) est une incursion dans l'âme féminine, cette fissure abyssale qui couve en son ventre un monde insaisissable. La pièce est divisée en quatorze parties où alternent deux niveaux narratifs : celui du réel et celui de l'imaginaire. Au niveau du réel, nous suivons la protagoniste tout au long d'une journée type, depuis son réveil jusqu'au retour du travail - une odyssée quotidienne, insipide et prévisible. C'est une femme sans nom, presque invisible tant elle est banale, qui doit faire ses comptes avec le monde extérieur, catapultée dans le broyeur impétueux et impitoyable de la grande ville. Elle et la ville avancent, main dans la main. Qu'importe qu'elle soit heureuse ou malheureuse de cette relation symbiotique. Vivre ici ou ailleurs, vivre, dans n'importe quel point géographique, dans n'importe quelle langue, dans n'importe quel temps - se dit-elle parfois, blottie au fond de son lit, au coeur de l'une des si nombreuses nuits sans sommeil - ce n'est que respirer de l'air confiné. ' A. Candida
Luis NAÓN 
'Sainte nitouche'
CD
Réf : ALM 004
13,00 € ^
Pour mezzo-soprano, clarinette, saxophone, bandonéon, alto, contrebasse, percussion, piano et voix enregistrée. Avec Yves Pagès (texte), Agnès Sourdillon (récitante), Sylvia Vadimova (mezzo-soprano), Ensemble Diagonal sous la direction de Kurt Schereiner. À la manière d'un livret d'opéra, musique et texte parlé, préenregistré, quasi radiophonique questionnent le rapport à l'érotisme, le voyeurisme et la représentation. Trois pièces ' Satellistes ' pour instruments solistes et électronique viennent enrichir ce monodrame : Senderos que bifurcan (saxophone Ð Géraud Etrillard), Diabolus Urbanus (alto Ð Cyprien Busolini), Clairière (clarinette Ð Philippe Berrod). L'immersion sonore dans laquelle s'inscrit le son dans ces trois oeuvres mixtes constitue un préalable, une donnée de départ à une idée poétique, qui a pour origine et visée principale l'espace de la ville et ses implications politiques et sociales. Tout le cycle Urbana est orienté dans cette direction. La particularité de Sainte Nitouche est de prêter la voix à une star de peep show, personnage muet, et totalement exposé par définition, dévoilé dans une intimité crue et cruelle par l'entremise de Miss Didascalie (la voix d'Agnès Sourdillon). Si cette métaphore des 'arts de la scène' peut nous paraître choquante, c'est parce qu'elle incarne avec force et nudité ce qu'est pour moi la musique : une exposition sans ambages de l'être le plus intime. Le piment de l'action se situe derrière les 'glaces sans tain'. Le regard se tourne non seulement vers les complaintes intérieures de Sainte Nitouche mais aussi sur la représentation, lors de scènes de 'peep show' et les 'petites annonces', lues ou imaginées entre deux strip-tease. L'oeuvre, qui fut créée en 2002 par L'Ensemble TM+, a fait l'objet d'une mise en scène en août 2011 au Centre d'expérimentation du Teatro Colón à Buenos Aires. '
François SARHAN 
'Wandering Rocks'
CD
Réf : ALM 007
13,00 € ^
“Wandering Rocks a été conçue originellement pour quatre guitares et seize haut-parleurs. Créé au Palais de Tokyo sous forme d’une installation, le dispositif laissait le spectateur libre de se déplacer entre les haut-parleurs. La réalisation sur un CD a donc impliqué une recomposition de l’œuvre, et le caractère immersif de l’emplacement des haut-parleurs par rapport à l’auditeur a été remplacé par un choix qui place l’auditeur au cœur du dispositif. Il ne s’agit donc pas tout à fait d’un disque en stéréo mais plutôt la reconstitution d’un espace élargi qui propose une image spatiale proche de l’originale en seize canaux quand l’auditeur de place dans l’axe situé entre les deux haut-parleurs.
La partie électronique de l’œuvre a été réalisée exclusivement avec les synthétiseurs analogiques de La Muse en Circuit. Dans la grande tradition de la musique sur bandes, ils ont été enregistrés puis mixés en studio. De même que la partie des guitares, cette partition électronique a été écrite avec un solfège traditionnel.
La pièce est constituée de plusieurs sections qui se suivent mais très contrastées, mettant en valeur les guitares électriques qui tantôt se mélangent, tantôt sont solistes, le tout formant une matière sonore la plus homogène possible.
Le titre Wandering Rocks se réfère aux pierres supposées mouvantes entre lesquelles la mer se déchire violemment, entraînant les bateaux vers le fond.”

Composition et programmation : François Sarhan.
Guitares : Zwerm avec Johannes Westendorp, Bruno Nelissen, Jona Kesteleyn, Toon Callier, Kobe Van Cauwenberghe.

Compositeur français né en 1972, François Sarhan s’est formé auprès de compositeurs tels que Brian Ferneyhough, J. Harvey, ou encore Magnus Lindberg, à l'Ircam.
Kasper T. TOEPLITZ 
'Inoculate ?'
CD
Réf : ALM 003
13,00 € ^
Pour trio à vent, live-electronics et data-noise. Kasper Toeplitz, conception, composition et programmation informatique, live-electronics. Myriam Gourfink, chorégraphie. Déborah Lary, danse et data-noise. Trio Journal Intilme (Sylvain Bardiau, trompette. Frédéric Gastrd, saxophones basse et soprano. Matthias Mahler, trombone). 'Instabilité entre son et silence, entre stagnation et pression de l'air ; ou encore fantômes digitaux, rémanences de ce qui n'a pas eu lieu - et l'électronique live qui sculpte cette matière. Instruments démultipliés à l'excès ou au contraire réduits au souffle le plus ténu, distordus et parasités par eux-mêmes autant que par la grouillante immobilité de la danseuse, corps à entendre. Une lenteur toujours en déséquilibre aux brusques accélérations, un statisme rempli d'électricité, un mur de son.'