date de création
5 mai 1999

dernière mise à jour --
23 août 2017

 
FOU RECORDS (France)
http://fou.records.free.fr/Index.shtml


Sophie AGNEL / Daunik LAZRO 
'Marguerite d'Or Pâle'
CD
Réf : FRCD21
14,00 €
Sophie Agnel, piano, Daunik Lazro, saxophones ténor et baryton.
L’enregistrement live permet d’entendre la musique en train de se faire sans le cache du studio. On se cherche, on marque un territoire, puis les choses se dessinent et se précisent, l’espace s’ouvre sur des tensions de matières avant de se laisser déborder dans une énergie pure où chaque musicien disparait au profit du musical.
Enregistré au Dom, Centre Culturel, Moscou, le 22 juin 2016 par Maxim Khaykin.
Derek BAILEY / Joëlle LÉANDRE / George LEWIS / Evan PARKER 
'28 rue Dunois, juillet 1982'
CD
Réf : FRCD06
14,00 €
Derek Bailey, guitare. Joëlle Léandre, contrebasse. George Lewis, trombone. Evan Parker, saxophones ténor & soprano. Enregistré en juillet 1982 au Dunois, Paris, par Jean-Marc Foussat.
'On connait l'enchevêtrement des liens, connivences, affinités, complicités qui nouent les protagonistes de la free music, les constellations de personnalités se mettant en mouvement sur scène dans le geste ardent de l'improvisation. Derek Bailey et Evan Parker se sont rencontrés à Londres en 1966 au sein du Spontaneous Music Ensemble de John Stevens, ils sont devenus co-directeurs en 1970 du label Incus, ont fréquemment enregistré ensemble en duo et en compagnie d'innombrables autres partenaires, jusqu'à leur séparation pour 'incompabilité d'humeur' en 1985. George Lewis fut l'hôte d'une Company de Bailey à Londres en mai 1980 avec Evan Parker et Dave Holland. Joëlle Léandre fut quant à elle l'invitée d'une Company Week à Londres en mai 1983, en trio avec Derek Bailey et J. D. Parron. Tous les quatre ne cesseront de se recroiser et d'enregistrer ensemble à de nombreuses occasions, ici et là, dans toutes espèces de configurations.
En 1982, c'est au Dunois, dans le 13e arrondissement de Paris - où se concentre pendant une douzaine d'années une grande partie de l'histoire des musiques improvisées dans la capitale - qu'eut lieu leur splendide et chatoyante mais unique rencontre. Ce CD présente l'intégralité du concert.
Alors jeune preneur de son enthousiaste et curieux, Jean-Marc Foussat muni de son Revox, de sa petite table de mixage et de ses micros n'en était encore qu'à ses débuts en matière de prise de son live.' d'après les notes de pochette de Gérard Rouy, juillet 2014
BARBARES 
nouveauté
'Débris d'orgueil'
CD
Réf : FRCD23
14,00 €
Christiane Bopp : trombone. Jean-Marc Foussat : Synthi AKS, voix. Jean-Luc Petit : clarinette contrebasse & saxophone sopranino. Makoto Sato : batterie. 2016
Willem BREUKER KOLLEKTIEF 
'Angoulême 18 mai 1980'
double CD
Réf : FRCD09&10
19,00 €
'Enregistré en concert à une période charnière de son existence, cet Angoulême 18 mai 1980 est un splendide témoignage du Willem Breuker Kollektief, un orchestre phare du nouveau jazz européen. Fondé en 1974 pour mettre en musique les idées musicales et sociales de Willem Breuker, le WBK rassemblait de jeunes musiciens intéressés par la free music naissante d'alors et avec un solide bagage musical, devenus bons lecteurs et fédérés par un sens collectif à toute épreuve. Comme l'avait alors expliqué Breuker, une partie de ses musiciens étaient en quelque sorte ses élèves, et il comptait tirer parti de leurs qualités individuelles même si au départ plusieurs d'entre eux n'étaient pas des improvisateurs ' totaux ' d'envergure comme pouvaient l'être à l'époque ses collègues, les Bennink, Mengelberg, Maarten Altena, Evan Parker, Derek Bailey, Fred Van Hove, Brötzmann et cie. Mais le WBK des débuts pouvait compter sur des piliers très doués et expérimentés tels que le bassiste Arjen Gorter, le pianiste Leo Cuypers et le tromboniste Willem Van Mannen, auteur de deux intéressants morceaux de ce double cd, Pale Fire et Big Busy Band. Il est certain que Gorter eût fait une belle carrière en free-lance sur les scènes de la free-music européenne. Breuker et lui avaient travaillé avec Jeanne Lee et Gunther Hampel entre 67/68 et il n'était pas rare d'entendre le bassiste avec Louis Moholo, Irene Schweizer, Han Bennink et consorts. En phase avec le Einheit Frontslied enregistré par Brötzmann-Van Hove-Bennink en 45 tours et les compos du Globe Unity, un superbe Live in Berlin du WBK publié conjointement par SAJ et BVHaast, le label breukérien. Cet album fit les beaux jours des amateurs des années 70 avec sa musique endiablée faite de riffs assez dissonnants martelés par la batterie de Rob Verdurmen, écumant la satire et le clin d'œil par tous les pores. Piochant dans l'esthétique de Kurt Weil, sur l'œuvre duquel WB faisait autorité, ses arrangements convoquaient curieusement, les musiques populaires (cirque, marches, tango), les innovations des minimalistes et le free-jazz expressionniste, alliant puissance et subtilité. En mai 1980, le pianiste Henk de Jonge a remplacé Leo Cuypers et le corniste Jan Wolff avait quitté le navire, mais le trompettiste Andy Altenfelder ne les avait pas encore rejoints. Aussi la musique s'est un peu plus rapprochée du jazz avec des arrangements plus travaillés et le groupe s'est taillé une réputation explosive. Ce ne sont pas moins de 4000 personnes qui assistèrent à ces concerts d'Angoulême et ce public leur fit des rappels déchaînés. Jean-Marc Foussat, le responsable de FOU, en a tiré une image son relativement correcte. J'écris image car, il fallait avant tout être présent pour saisir toute la dimension théâtrale de la musique et écarquiller les yeux face aux gags scéniques plus drôles les uns que les autres. Le Kollektief fit le tour du monde et joua pour les foules dans des festivals destinés au plus large public, comme le Mallemunt sur la place de la Monnaie à Bruxelles. Comme pour Sun Ra, ses musiciens lui furent fidèles jusqu'à la disparition de Breuker et le WBK continua encore à se produire par la suite. La musique de Sun Ra et son Arkestra et ses enregistrements ont acquis un public très large si on considère le flot de rééditions et inédits en vinyle et cd's. La musique du WBK se veut tout aussi populaire, et il serait temps que des enregistrements tels que celui-ci soit mis dans de bonnes mains pour l'édification des jeunes générations. FOU records est en train de tracer une belle série d'incunables avec cette parution historique qui fait suite à Live aux Instants Chavirés (Kowald Lazro Nozati) 28 Dunois juillet 82 (Bailey Léandre Lewis Parker). Fort à parier qu'il y aura encore d'autres surprises aussi intéressantes quand on sait le travail quasi systématique de prise de sons de Jean-Marc Foussat durant les années 80.' Jean Michel Van Schouwburg
Xavier CAMARASA & Jean-Marc FOUSSAT 
nouveauté
'Dans les courbes'
CD
Réf : FRCD26
14,00 €
Xavier Camarasa : piano. Jean-Marc Foussat : Synthi AKS, voix. 2017.
“Dans ce monde ultra policé, où l’extrême inter-connexion des êtres suit les règles d'un même projet voulu global : aller (tous) par ici, écouter (tous) ça, aimer (tous) ceci, penser (tous) cela... parler d'instinct est quelque peu anachronique.
Ou subversif. Ou poétique. Ou salutaire.
La musique de Camarasa et Foussat a ceci d’essentiel qu’elle ne suit pas une partition, ne propose pas de discours pré-mâché. A y écouter de plus près, c’est même un peu plus qu’une musique, c’est une sorte de paysage chimérique, aux dimensions multiples, à la topographie mouvante.” Matthieu Jouan
Joao CAMOES / Jean-Marc FOUSSAT / Claude PARLE 
'Bien mental'
CD
Réf : FRCD12
14,00 € ^
João Camões, violon alto. Jean-Marc Foussat, dispositif électro-acoustique. Claude Parle, accordéon. Un trio qui sait d'une part travailler l'unisson et d'autre part explorer des champs plus dynamiques et menaçants avec toujours une très belle unité de timbres. 2015
CUIR 
'Chez Ackenbush'
CD
Réf : FRCD008
14,00 € ^
John Cuny : piano préparé. Jérôme Fouquet : trompette. Jean-Brice Godet : clarinettes. Yoram Rosilio : contrebasse. Nicolas Souchal : trompette. Enregistré les 6 et 7 juillet 2014 Chez Akenbush à Malakoff (France). 'Une musique tannée à la main qui irritera peut-être les amateurs sensibles et épidermiques. C'est de l'improvisation sans fard autour de quelques éléments assez bruts : le Cuir brut sans l'onctuosité de la cire et le polissage de la brosse à reluire. Cinq improvisateurs de haut-vol inventent leur musique deux soirs de suite Chez Ackenbush (Malakoff), un de ces indispensables lieux de musique vivante où on chérit la liberté d'expression. Pourvu que ça dure.' Thierry Giard
DÉPARTEMENT D'ÉDUCATION PSYCHIQUE 
double LP
Réf : FRLP03&04
30,00 € ^
Rencontre étonnante et réussie entre les synthés analogiques de Jean-Marc Foussat et la techno un brin planante du duo DRESVN.

“Le groupe Département d'Éducation Psychique (Dynamo Dreesen et SVN : Andreas et Sven = DRESVN & Jean-Marc Foussat) est né à Paris le 25 juin 2014 à La Java, lors d'un concert organisé par Xavier Ehretsmann. La proposition de Xavier et notre envie profonde à tous était de «  mixer  » différents réseaux pour favoriser la rencontre inattendue, improbable, surprenante… d'artistes référencés “techno”, ici DRESVN, avec d'autres, issus des “musiques improvisées” en l’occurrence ici Jean-Marc Foussat. Et autant le duo formé par les allemands DRESVN a toujours été marginal de la “techno”, autant Jean-Marc Foussat peut, lui-aussi, être considéré comme un marginal de l'impro jazz.
Le premier disque de Département d'Éducation Psychique est paru en 2015 chez Acido Records, label allemand de Dynamo Dreesen.
En février 2016 Jean-Marc rejoint DRESVN pour un concert à “OHM” haut lieu “techno” de Berlin. Ce concert fut tellement réussi que voici ce double album vinyle comprenant l'intégralité de la soirée augmentée d'une pièce enregistrée le surlendemain, dans le studio de SVN.”
Fabrice FAVRIOU / Jean-Luc PETIT / Julien TOUÉRY 
nouveauté
'Débris d'orgueil'
CD
Réf : FRCD27
14,00 € ^
Fabrice Favriou : guitare électrique, objets. Jean-Luc Petit : clarinette contrebasse, saxophones alto & sopranino. Julien Touéry : piano, objets.
Sans titre, deux morceaux de 22 :00 (la fièvre nous dénombre) et 25 :32 (au coucher de l’éclair). Fabrice Favriou joue de la guitare électrique, Jean-Luc Petit de la clarinette contrebasse, des saxophones sopranino et alto et Julien Touéry du piano et des objets. Enregistré au Carré Bleu. La musique évolue comme un continuum bruitiste, les sons du guitariste et du pianiste s’interpénètrent, les sons électroniques, vibrations de moteur, triturations des effets, bruits d’orage au loin, hululements hagards se différenciant vaguement d’une pluie percutante des touches, marteaux et mécanismes sur les cordes bloquées alors que le souffleur joue sur les extrêmes de son sax sopranino. La fièvre nous dénombre passe très vite comme un train entre deux gares lointaines dans un demi-sommeil. C’est avec la clarinette contrebasse graveleuse et un brin hantée de Jean-Luc Petit que se meut petit à petit le coucher de l’éclair dans un demi silence. Comme un souffle léger de vent du soir, l’ampli vibre à peine et la clarinette contrebasse se déplace sur le bout des orteils alternant silences et grondements discrets, les quels suggèrent un élément mélodique alors que la caisse du piano résonne dans l’espace et quelques notes légères au clavier carillonnent dans le lointain. L’ensemble est magnifique par sa qualité de développement de sons et des timbres. Le souffleur monte dans un aigu irréel – légèreté des harmoniques, le bruissement d’orage qui s’annonce tremble en arrière fonds des touches effleurées et du souffle qui décortique les aléas de la colonne d’air. Les marteaux scandent comme une machine qui tourne folle comme si le lecteur CD était bloqué, l’installation de la guitare semble en plein brouillard, la clarinette géante surnage à peine. Un maelström statique s’agite tous sons confondus, le souffle revient, au sax alto, fou furieux et happé par les éléments et le pianiste embrasse tout le clavier à sa suite. Quelques minutes inexorables, où le saxophoniste triture les phrasés et s’arcboute sur des harmoniques hérissées face au piano virevoltant alors que la guitare électrique se tord complètement. Une belle tranche de vie improvisée radicale. Trois improvisateurs décidés, criant leur haine du vide et du semblant.
FOUICK 
nouveauté
'Mastic Boréal'
CD
Réf : FRCD22
14,00 € ^
Blick : voix. Jean-Marc Foussat : Synthi AKS, voix. Enregistré en 2016.
FOUICK : duo né de la coagulation entre un distilleur de son et un faiseur de film.
Jean-Marc Foussat & Blick. Ensemble, dans les studios de Fou Records, ils arpentent les continents de l’improvisation musicale et narrative. Une sorte de rénovation du genre « conte musical ». Pendant que l’un trame une invention musicale, l’autre déroule à vif un vélum d’imprécation. Jean-Marc Foussat extrait de son synthétiseur, de jouets, d’appeaux et de sa voix, quelques possibilités musicales. Protubérance des notes, scansion vocale, interférence incongrue, tout participe à l’invention d’un agrégat improbable mais sonore. En parallèle, Blick imprèque.
De son souffle au micro, il laisse aller tous mots dits en direct de ses visions.
Profération, mastication, constatation permettent les rebondissements d’histoires élucubrantes mais audibles.
Mastic Boréal rassemble 4 de ces contes musicaux.
Leurs textures sont obscures. Leurs tourments sont à vifs. Leurs errances demeurent sans cartes. Leurs épines accrochent. Leurs confessions abordent les otites.
S’entrelacent les interférences entre la musique et la voix.
Les frontières se brouillent.
Qu’importe la perte de repère.
Continuons d’avancer en ce brouillard suffocant.
Raclons et toussons un aperçu des rivages noirs.
Sont calfeutrés de mastic les contours des horizons.
Seuls quelques reflets nous aurorent boréales.
Jean-Marc FOUSSAT 
'L'oiseau'
CD
Réf : FRCD01
14,00 € ^
Personnage discret et méconnu, Jean-Marc Foussat est pourtant un témoin capital de la scène des musiques improvisées française. Témoin armé de microphones qui plus est. Lisez les notes de crédit de vos pochettes de disques et vous rencontrerez certainement son nom. À côté de cela, il joue aussi des synthétiseurs analogiques et souvent avec son camarade Jean-François Pauvros (cf. Marteau Rouge). Il fut aussi à l'origine du label Potlatch avec Jacques Oger. Ce nouveau solo (son premier date de 1983) propose deux pièces pour synthétiseurs analogiques AKS et VCS3, et un poème de son fils à qui le disque est dédié. De l'urgence et de la rage au service d'une force et d'une profondeur sonores inégalées et enrichies par l'apport de quelques bricoles extérieures (guimbardes, appeaux, jouets). À tous ceux qui (re)découvre la beauté de la synthése analogique et qui aime autre chose que le revival planant post-teuton, c'est pour vous ! Recommandé.
Jean-Marc FOUSSAT 
'L'oiseau'
LP
Réf : FRLP01
19,00 € ^
Personnage discret et méconnu, Jean-Marc Foussat est pourtant un témoin capital de la scène des musiques improvisées française. Témoin armé de microphones qui plus est. Lisez les notes de crédit de vos pochettes de disques et vous rencontrerez certainement son nom. À côté de cela, il joue aussi des synthétiseurs analogiques et souvent avec son camarade Jean-François Pauvros (cf. Marteau Rouge). Il fut aussi à l'origine du label Potlatch avec Jacques Oger. Ce nouveau solo (son premier date de 1983) propose deux pièces pour synthétiseurs analogiques AKS et VCS3, et un poème de son fils à qui le disque est dédié. De l'urgence et de la rage au service d'une force et d'une profondeur sonores inégalées et enrichies par l'apport de quelques bricoles extérieures (guimbardes, appeaux, jouets). À tous ceux qui (re)découvre la beauté de la synthése analogique et qui aime autre chose que le revival planant post-teuton, c'est pour vous ! Recommandé.
Jean-Marc FOUSSAT & Ramón LOPEZ 
'Ça barbare, là!'
CD
Réf : FRCD04
14,00 € ^
Jean-Marc Foussat, synthi AKS, voix. Ramón Lopez, batterie. Rencontre d'un maître du synthétiseur analogique et figure de la scène improvisée française depuis plus de 30 ans avec un batteur de jazz marqué également par diverses musiques traditionnelles qu'elles soient indiennes ou africaines. Enregistré en 2012.
Jean-Marc FOUSSAT, Sylvain GUÉRINEAU & Joe McPHEE 
'Quod'
CD
Réf : FRCD05
14,00 € ^
Jean-Marc Foussat, synthi AKS, voix. Sylvain Guérineau, saxophone ténor. Joe McPhee, saxophone soprano. Enregistré en 2010. '[] La complicité entre Foussat et Guérineau est profonde. Et la qualité de l'écoute, en particulier entre Joe McPhee et Sylvain Guérineau, vient à faire douter de l'origine des sons des sax. Pour tenter de se repérer, Sylvain Guérineau est à droite (c'est comme ça) et McPhee à gauche, sachant que Foussat, comme Dieu, est partout. Sauf que parfois, le ténor de Guérineau (moins souvent le sax de McPhee) est trituré en direct par Foussat qui le projette simultanément des deux côtés. Et quand le même Foussat ajoute à ses trames, ses textures, de purs artefacts voisins des sax, on est dans une confusion des sens qui dilate la porosité de l'écoute.' Guy Sitruk
Benoît KILLIAN & Jean-Luc PETIT 
nouveauté
'La nuit circonflexe'
CD
Réf : FRCD25
14,00 € ^
Benoît Kilian, grosse caisse horizontale. Jean-Luc Petit, clarinette contrebasse, saxophones alto et sopranino.
Une grosse caisse horizontale manœuvrée par Benoît Kilian avec des instruments de percussion complémentaires et additionnels pour en faire changer insensiblement le timbre, les vibrations par contact, frottements, tremblements, ondes graves qui se propagent dans l’espace, dans et autour du champ de fréquences de la clarinette contrebasse de Jean-Luc Petit. Le silence est toujours présent, les sons graves de la percussion coexistent jusque dans la vibration de l’anche dans l’énorme colonne d’air, cavité monstrueuse. Paysage mouvant, Rien que ces gazouillis fragile d’inconsolés soleils valent pour eux seuls le déplacement. L’écoute est aussi intense que le mouvement du jeu est lent, très lent. Remous des dunes confirme la qualité d’inspiration : l’émission sonore continue développe la métamorphose du son dans la lenteur extrême, une pointe d’harmonique se meut et meurt dans un temps dilaté, une durée suspendue. Le grondement du tambour ressasse le même glissando vers le grave alternant avec un aigu métallique soutenu. Le rejoignant, le souffleur crée une structure inquiète dans l’aigu, subreptice, une impression sensible sur le parchemin d’un sismographe hors du temps. Il faut tendre l’oreille pour atteindre la limite de l’audible en ayant le sentiment qu’ils jouent au delà hors de notre portée. La succession des morceaux, tous aussi hantés les uns que les autres, mais plus mouvementés en toute cohérence, font de cette rencontre enregistrée en studio par Antonin Rayon, un objet d’écoute rare, infiniment subtil, de ceux qui nous invente une nouvelle histoire inouïe. Avec des matériaux ténus et finalement extrêmes, les deux artistes expriment l’indispensable, le nécessaire et un vrai plaisir.
Peter KOWALD / Daunik LAZRO / Annick NOZATI 
'Instants Chavirés'
CD
Réf : FRCD07
14,00 € ^
Peter Kowald (1944 - 2002), contrebasse. Daunik Lazro, saxophones alto et baryton. Annick Nozati (1945 - 2000), voix. Enregistré aux Instants Chavirés à Montreuil le 17 février 2000 par Jean-Marc Foussat.
''Je ne chante pas pour passer le temps', expliquait Annick Nozati, 'je suis une sauvage de scène, mais j'ai aussi une voix plus profonde et calme - même quand je fais des cris, des sons de désespoir ou de colère, une espèce de plain-chant qui peut devenir un orage, un cataclysme'. Quelques mois après cet enregistrement aux Instants Chavirés, la chanteuse allait décéder, victime d'une crise cardiaque. Les morceaux de ce CD sont présentés dans l'ordre du concert et se décomposent avec bonheur en deux trios, trois duos (pas si doux) et un très émouvant solo ('L'invisible') de la chanteuse où l'on retrouve ce 'chant profond' évoqué plus haut. Dans les groupes, l'expressivité et la synergie des trois protagonistes sont à leur zénith, la musique est d'une puissance poétique incomparable. C'était la première et unique rencontre de ce trio. Un document exceptionnel.' d'après les notes de pochette de Gérard Rouy.
Daunik LAZRO / Joëlle LÉANDRE / George LEWIS 
'Enfances à Dunois le 8 janvier 1984'
CD
Réf : FRCD18
14,00 € ^
Daunik Lazro, saxophone alto, Joëlle Léandre, contrebasse, voix, George Lewis, trombone, jouets.
Un trio nommé Enfances car oui il s’agit de retrouver cette liberté créatrice au-delà des règles culturelles. On improvise avec joie loin de tout produit bien manufacturé.
Concert enregistré au 28 rue Dunois, le 8 janvier 1984 par Jean-Marc Foussat.
Une partie de ce concert avait été éditée en 1985 par Hat Art sur le double vinyl de Daunik Lazro Sweet Zee.
Joëlle LÉANDRE & Phil MINTON 
nouveauté
CD
Réf : FRCD24
14,00 € ^
Joëlle Léandre : contrebasse, voix. Phil Minton : voix. Au 19 rue Paul Fort, à Paris le 8 octobre 2016. Enregistrement Jean-Marc Foussat.
Mettre deux grands noms de l'improvisation ensemble n'est pas forcément un signe de qualité. Mais ici c'est au-delà de l'espérance, une magnifique rencontre de deux musiciens avant tout.
MARSAFOUTY 
'Concerts'
CD
Réf : FRCD11
14,00 € ^
Jean-Marc Foussat, dispositif électroacoustique et Fred Marty, contrebasse. Live en 2015. 'Pour beaucoup de festivaliers brugeois, Jean-Marc Foussat, c'est l'homme discret qui, en arrière scène, enregistre les concerts du Sint-Janshospitaal et de la salle de musique de chambre du Concertgebouw. Au travers de l'interview qu'il avait accordée à Jazz'halo, en octobre dernier, on découvrait une autre facette de sa personnalité: le musicien passionné de dispositifs électro-acoustiques et de musique improvisée, celle-là même qu'il avait découverte en enregistrant Joëlle Léandre, Evan Parker ou Daunik Lazro. Et quel meilleur moyen pour mettre en lumière cette facette que de créer son propre label: Fou records, sur lequel, après son aventure de Marteau Rouge en compagnie de Jean-François Pauvros et Makoto Sato, il a enregistré des duos avec le saxophoniste Sylvain Guérineau et le batteur Ramon Lopez ainsi qu'un trio avec le saxophoniste américain Joe Mc Phee. C'est en 2014 qu'il a rencontré le contrebassiste Fred Marty. Après des études classiques, ce natif de Blaye a décidé de se vouer à la musique improvisée et à l'expérimentation: outre une technique poussée en pizzicato et à l'archet, recours aux cordes frappées, notamment en insérant, entre les cordes, des pièces de bois ou de métal. Ce qu'il a illustré dans son album solo Ondes primitives comme dans ses rencontres avec Itaru Oki, Edward Perraud ou Michel Doneda. Le présent album présente deux longues plages (38 et 28 minutes) issues de deux concerts: le premier 99 rue du Ruisseau, chez Jean-Marc, le second chez Tiasci, début 2015. Sur les nappes ondoyantes du dispositif électro-acoustique de Foussat, la contrebasse vient tisser sa toile, d'abord en pizzicato puis à l'archet, en montant crescendo jusqu'à l'explosion, avec effets de percussion et de cordes frappées. Un voyage au travers d'un autre cosmos, hors des sentiers battus.' Claude Loxhay
MARTEAU ROUGE 
'un jour se lève'
LP
Réf : FRLP02
19,00 € ^
Une réédition vinyle du premier CDR de Marteau Rouge sorti en 1998. Jean-François Pauvros, guitares, Jean-Marc Foussat, VCS 3, voix, Makoto Sato, batterie. 'Pendant que Sato embrase les rythmes à grands coups de baguettes et que Foussat passe les sons à la moulinette de son VCS 3, les cordes hurlantes de Pauvros déchirent mélodies et harmonies dans une déferlante de stridences furieuses. Une ferronnerie en pleine révolution !' (Bob Hatteau)
NOPAL 
'Nopal'
CD
Réf : FRCD03
14,00 € ^
Nopal est un duo avec Jean-Marc Foussat et Simon Hénocq. Le premier joue du synthétiseur analogique (synthi AKS) et le second de la guitare électrique fortement marquée par la musique électroacoustique. Énergie de masses et de flux dans les profondeurs de l'espace stéréophonique. Enregistré en 2013.