date de création
5 mai 1999

dernière mise à jour --
28 novembre 2017

 
Articles concernant TOUPIDEK LIMONADE



TOUPIDEK LIMONADE 
'Il y a des vies qui dévient'
LP
IN POLY SONS
Réf : IPS 0112
15,00 €
Infiniment réel. Versailles. Le château. Le parc du château. Un Toupidek y promène souvent sa limonade. Dans le parc, un bassin. Le bassin ' du fer à cheval '. Nommé ainsi en raison de sa forme. Et le Toupidek de se dire : ' Si je faisais une musique qui traduirait les contours du bassin du fer à cheval ? '. ' Cheval-faire ! ' se poursuit-il en lui-même. Et ' lui-même ' serait le sujet de cette musique. Entre autobiographie et autobiosonie. Observer le bassin. Son père y mettre. Tout naît de la vase, et ensuite le potier y donne forme. L'auteur sans hauteur, à ras d'eau, Narcisse éclaboussé. L'inspiration (ça ne se trouve pas sous le pas d'un cheval), nécessite de s'élever : remonter les escaliers en perspective pour une vue de haut. Le fer à cheval y déploie son élégance. Il alterne des segments heurtés que séparent d'onctueuses courbes. Inclination, volutes et voluptés. ' Dieu est une pensée qui courbe tout ce qui est droit ' comme disait Nietzsche. En cas de vie frontale trop dure, on efface son profil. On contourne ; c'est une vie qui des vies. Et puis toutes les mères vous le diront : on nait du bassin. Ce disque retrace le son des tronçons. Comme une tranche de vie découpée en lardons (lorsqu'on demande au petit vosgien s'il aime mieux son père ou sa mère, il répondra : ' j'aime mieux l'lard ! '). En tant que Verbe fait chair, le lard est irrégulier ; très naturellement, les tranches de vie qui inspirent les morceaux seront de durée variable ; certaines périodes sont volontairement omises (descendu de cheval, il allait le long des noisetiers). Cette autobiosonie se lève tôt puisqu'elle commence dès la conception. C'est par le même mouvement, inversé, que le Toupidek lance sa canne à pêcher la vie non vécue : ' l'avenir, c'est du passé en préparation ' comme disait Pierre Dac. Comme si la direction était plus importante que l'acte de vieillir. Les angles du bassin mordent une vie linéarisée, géo-maîtrisée. Mais l'âgé, au mètre, rit ; ça le garde en forme de fer à cheval pour raconter. Il trottine, tantôt bourrin, tantôt gracieux hippocampe. J'hennis sans bouillir, mijotant cheval vapeur. Quand c'est parti, c'est parti. ' Phoque jeunesse se passe ' comme disait Tagubu. ' Tu souffles, et elle s'envole ' lui répondait en stéréo Kwetapp Ieu. Et on épouse le contour. Une fille nait dans les roses. Les scènes de décennies se suivent, s'assemblent sans se ressembler. Et puis le décès nie les décennies. Mais pour qui sonne le bris de glace lorsque le bassin est gelé ? Comme disait Joachim du Bellay, un cavalier qui surgit dans la nuit : 'Passent les années, sonne l'heure, Les jours s'en vont, je demeure'. Pochette / poster originaux de Jean-Pierre Nadau.