date de création
5 mai 1999

dernière mise à jour --
28 novembre 2017

 
Articles concernant FERRARI Luc



eRikm & Luc FERRARI 
'Visitation'
LP monoface
PLANAM
Réf : planarie N¡2
19,00 €
Tirage limité de 350 exemplaires. “À la tombée de la nuit du 1er Avril 2011, j'entendis à travers les fenêtres de ma maison le chant répétitif d'un oiseau de nuit . "Madeleine" qui me ramena directement à la pièce électroacoustique de Luc Ferrari "Presque rien, n°2". Curieux de comparer l'oiseau qui officiait dans le jardin de Cap15 (situé dans les quartiers Nord de Marseille) avec l'oiseau de "Presque rien". Cela déclencha le désir de diffuser la pièce de Luc dans l'acoustique de ma maison. Muni d'un enregistreur rudimentaire, je me déplaçais à l'intérieur puis à l'extérieur en faisant des allers retours entre ces deux espaces. Je jouais avec les profondeurs de champs, les battements de ces deux oiseaux espacés de 34 ans et m'imprégnais de tous les événements acoustiques. "...Alors je suis cerné à mon tour, et pourrais-je dire, pénétré en échange.” notes de l’artiste.
Cette Ursprung ou bouteille de Klein temporelle, a été tournée-montée en un seul plan séquence.
eRikm (Luc FERRARI) & Thomas LEHN 
'Les protorythmiques'
CD
ROOM 40
Réf : RM 417
12,00 €
Enregistrement d'un concert donné au festival Musique Action le 26 du mai 2005. Luc Ferrari et eRikm étaient invités pour présenter “Les Protorythmiques”. Luc Ferrari n’ayant pu venir, Thomas Lehn fut invité à rejoindre eRikm pour ce concert. eRikm joue avec un ensemble d’échantillons audios développés avec Luc Ferrari, extraits des “Archives sauvées des eaux”, et Thomas Lehn joue de la synthèse analogique. Vif, dense et soutenu.
Luc FERRARI 
'Volume 1: Chansons pour le corps'
CD
MODE
Réf : mode 81
16,00 €
'Chansons pour le corps' (1988-94) pour voix, clarinette, percussion, piano et synthétiseur. 'Et si tout entière maintenant' (1986-87), un conte symphonique pour voix, orchestre et bande. Deux pièces de Luc Ferrari qui mixent ses pratiques de la musique concrète et de l'écriture instrumentale.
Luc FERRARI 
'Cycle des souvenirs'
CD
BLUE CHOPSTICKS
Réf : BC 8
12,00 €
'Cycle des souvenirs' (1995-2000), installation son et image pour six lecteurs de CD et quatre projecteurs vidéo. Avec les voix de Elise Caron, Brunhild Meyer et Kora Bruckhoven.
Luc FERRARI 
'Archives génétiquement modifiées. Société II'
CD
ROBOT RECORDS
Réf : RR 39
18,00 €
'Archives Génétiquement Modifiées' (2000) pour sons mémorisés, solo. Cette composition est faite avec les mêmes éléments musicaux que 'L'exploitation des concepts N¡1', dont le titre était 'Archives sauvées des eaux', pour deux DJs. 'Société II. Et si le piano était un corps de femme' (1967) pour quatre solistes et seize instruments. 'On peut dire que cette pièce se situe comme théâtre musical dans la mesure où les quatre solistes (piano et trois percussions) rivalisent d'intérêt pour le corps du piano, qui reste désespérément froid.' LF. Restoration audio par Jean Schwarz.
Luc FERRARI 
“Labyrinthe de violence / DANSE”
LP monoface
ALGA MARGHEN
Réf : Alga27
19,00 € ^
'Danse' était intégrée dans l'installation audiovisuelle, 'Labyrinthe de violence' (1975), présentée sur plusieurs pièces. Un drone électronique dans les basses fréquences et des grappes itératives d'orgue électrique sur la fin. Même si l'on reconnait la touche Ferrari, c'est assez méconnu comme aspect de son travail. LP limité à 500 exemplaires et publié pour les soirées 'Œuvres sonores 2' des 4 & 5 avril 2009 en collaboration avec le département Nouveaux Médias de Beaubourg.
Luc FERRARI 
'Visage 2, Après presque rien, Madame de Shanghai'
CD
MODE
Réf : mode 228
15,00 € ^
“Visage 2” (1955-56). Ensemble Musiques Nouvelles dirigé par Jean-Paul Dessy.
“Visage 2 pour deux trompettes, trombone, tuba, piano et six percussions (sur ce disque) est le second morceau d’une série de cinq portant le même titre et couvrant une période allant de 1955 à 1959. Alors que la plupart de ses oeuvres, dans ces séries, reflètent la fascination de Ferrari pour la musique sérielle, elles font appel à différents types d’instrumentation. Le premier morceau est pour piano, le troisième (sous-titré “La prose du transsibérien de Blaise Cendrars”) pour récitant, clarinette, violon, violoncelle et percussion et le quatrième (sous-titré “Profils”) pour cinq instruments à vent, contrebasse, piano et trois percussions. Le dernier, composé sous l’influence de Schaeffer et de son esthétique, dévoile néanmoins l’intérêt de Ferrari pour la musique concrète.” Sabine Feisst

“Après presque rien” (2004). Art Zoyd, Ensemble Musiques Nouvelles dirigé par Jean-Paul Dessy.
“Après presque rien est une réaction musicale inhabituelle et capricieuse à la série des six morceaux intitulés “Presque rien” qui se sont étagés sur plus de trois décennies de la carrière de Luc Ferrari.” Sabine Feisst

“Madame de Shangai pour trois flûtes et son mémorisé” (1996). Li Ping Ting (voix), Scottish Flute Trio.
“Le Trio d’argent m’a demandé d’écrire une compisition avec bande, qui devait s’inscrire dans un concert dont le thème était “Asia”. J’ai eu alors l’idée de travailler sur le miroir et son image. En premier lieu, le Paris du 13ème arrondissement, pouvant être pris comme reflet de l’Asie, j’ai proposé à une jeune chinoise : Li Ping Ting, de se promener dans ce quartier... Elle demande dans un magasin de vidéo s’il existe la dame de Shangai d’Orson Welles, puis après plusieurs aventures, elle tombe dans la galerie des glaces du film. Et là, sa vie devient très problématique. En second lieu, la partition pour les trois flûtes, est aussi construite sur l’idée du miroir. Sur une note de base qui représente une glace horizontale, des accidents mélodiques se disposent au-dessus et au-dessous, créant des images et leurs reflets. Le temps du morceau aussi se regarde comme un miroir déformant, la fin étant la reconnaissance du début, mais comme si le miroir était embué par la chaleur du drame. Enfin, je peux dire que cette “comédie dramatique” est un peu un hommage au film d’Orson Welles. Bande réalisée aux Ateliers UPIC avec l’assitance de Brigitte Robindoré et avec la voix de Li Ping Ting dans le rôle de Madame de Shangai. enregistrement par The Scottish Flute Trio en août 2006.” Luc Ferrari
Luc FERRARI 
'Les Arythmiques'
CD
BLUE CHOPSTICKS
Réf : BC 19
12,00 € ^
'Le matin du 29 mai 2003 quand je me suis réveillé je ne pouvais plus respirer. On m'a transporté aux urgences et là on m'a dit que j'avais une arythmie cardiaque. Ils m'ont fait un électrocardiogramme et ils me l'ont montré. J'ai trouvé que les arythmies n'étaient pas très intéressantes, que je pouvais faire mieux. C'est à ce moment-là que j'ai décidé de faire une composition électroacoustique qui s'appellerait Les Arythmiques. Ensuite ils m'ont dit : pour rétablir le rythme cardiaque il faut faire un choc électrique. On m'a mis sur un lit roulant, j'ai attendu dans un couloir plutôt froid pendant deux heures. J'ai donc eu le temps de réfléchir. Et comme on dit d'un noyé qui repasse toute sa vie, j'ai décidé d'utiliser tous les sons que j'avais enregistrés en voyage ces dernières années. En les rendant arythmiques. On m'a enfin endormi et on m'a probablement fait un choc électrique dont je ne me souviens pas. C'est pourquoi, en sortant de l'hôpital j'ai essayé de reconstituer en studio le son du choc que je n'avais pas entendu. Avec ce son qui revient périodiquement à chaque fois que je change de tableau, j'ai rythmé la composition. Cette composition curieusement s'écoute à l'endroit. Mais j'ai essayé qu'on s'en souvienne à l'envers. Comme j'ai déjà remonté un village en Italie, là j'ai essayé de remonter le temps. C'est pas facile.' Luc Ferrari, 5 mai 2005. Version identique à celle incluse dans la boîte du GRM. Titage limité à 1000 exemplaires.
Luc FERRARI 
'Éphémère I & II'
CD
ALGA MARGHEN
Réf : plana-F33NMN.08
15,00 € ^
Réédition ! Inédit. 'Éphémère I. L'ordinateur ça sert à quoi ?' novembre 1974. 'Éphémère II. Lyon 75' novembre 1975. 'Bande seule, ou à jouer avec divers instruments. Instrumentation libre. Cette pièce musicale - qui comme son nom l'indique est basée sur des 'effets de mer', est destinée à des instrumentistes aussi bien professionnels qu'amateurs, et à des musiciens ouverts à tous les genres musicaux. La bande sert de partition. comme son nom l'indique aussi, cette bande a été conçue pour un moment d'occasion. Cette oeuvre se situe entre la musqiue écrite et la musique totalement improvisée. Luc Ferrari propose un jeu instrumental ne devant pas être une réelle improvisation... En effet, l'auteur demande aux interprètes une préparation à cette 'improvisation'. Dans la version proposée par 'Colrim' la flûte et le piano sont amplifiés mais cette amplification est 'modulée' par Bruno d'Auzon qui, outre la diffusion et la spatialisation de la bande elle-même dispose de plusieurs improvisations préenregistrées par Gérard Garcin et Jacques Raynaut venant, sous la commande de B. d'Auzon, répondre et créer ainsi un contrepoint à l'improvisation en direct. 'Les instrumentistes doivent se considérer comme créateurs, la bande est rigide, égrave' et ce que proposent les réalisateurs est éphémère.' Luc Ferrari' notes du label
Luc FERRARI 
'Hétérozygote / Petite symphonie'
LP
RECOLLECTION GRM
Réf : REGRM 017
15,50 € ^
“Hétérozygote”. Composé entre décembre 1963 et mars 1964. Hétérozygote en biologie signifie : plante dont l’hérédité est mixte. Ceci veut dire que dans cette composition, l’expérience tentée est de fabriquer un langage se situant à la fois sur le plan musical et sur le plan dramatique.
On pourrait appeler ce genre de musique “Musique Anecdotique” car, si l’organisation des événements est purement musicale, leur choix propose des situations se justifiant sur deux plans : celui de la musique et celui de l’anecdote. L’anecdote est pourtant assez peu formulée et est susceptible de diverses interprétations. L’auditeur est alors invité à s’imaginer sa propre anecdote en rejetant – si besoin est – celle que l’auteur propose.
Plus exactement, l’auteur propose un complexe anecdotique pouvant avoir plusieurs significations. L’œuvre précédée par une ouverture est composée de huit tableaux séparés ou non par des intermèdes.
“Petite symphonie intuitive pour un paysage de printemps” (1973–1974).
« Cette musique électroacoustique fait partie d’une série de ce que l’on pourrait appeler « paysage imaginaire sonore ». Contrairement à Presque rien ou le lever du jour au bord de la mer, où le paysage se raconte lui-même, ici c’est un voyageur qui découvre un paysage et qui essaie de l’évoquer comme paysage musical. Nous étions, Brunhild et moi, dans les environs des Gorges du Tarn.
Nous avons eu l’idée de prendre une petite route qui escaladait une montagne rocailleuse pendant une dizaine de kilomètres.
Après un dernier tournant s’ouvrit devant mes yeux un paysage totalement inattendu. C’était le coucher du soleil. Devant nous, un plateau très vaste s’étalait avec de courbes douces jusqu’à l’horizon, jusqu’au soleil. Les couleurs allaient du jaune d’herbe sèche au mauve du lointain, passant par le noir de quelques petits bosquets ponctuant l’espace. La nature presque vide s’offrait à l’œil sans aucun obstacle. On voyait tout.
Plus tard, lorsque je me suis ressouvenu de ce lieu et des sensations que j’avais éprouvées, j’ai essayé de composer une musique qui soit capable de faire revivre mon souvenir.
Le « Causse Méjean » est un haut plateau d’une altitude d’environ 1000 m dans
le Massif Central. Il est ponctué par des fermes loin les unes des autres. Quelques personnages rentraient leurs troupeaux de brebis. J’ai eu l’idée d’évoquer cette présence d’humains solitaire et diffuse par des fragments de conversations que j’ai eues avec quelques-uns des bergers.
Le langage humain est intégré dans la texture musicale ; le son de la voix dit bien plus que ce qu’elle dit réellement.
Un des bergers disait un jour : « ... Je ne m’ennuie jamais. J’écoute le paysage. Quelquefois je souffle dans ma flûte et j’écoute l’écho qui me parle... ».
C’est en pensant à lui, que j’ai utilisé la flûte et son écho dans ma musique. »
Luc Ferrari. Le 18 octobre 2002

“Dix années séparent Hétérozygote œuvre concrète considérée comme étant la première à employer des «  matériaux sonores à caractère anecdotique  » de cette Petite symphonie intuitive pour un paysage de printemps, cette «  tentative de reproduire musicalement l’impression d’un paysage  ». Dix années parmi les cinquante dans lesquelles s’est déployée l’œuvre incomparable de Luc Ferrari, œuvre affranchie de tout dogme et qui forge, à travers une écoute curieuse, un hymne au monde vivant, à l’exploration et à la découverte des choses, des hommes et des femmes qui le peuplent.” (François Bonnet, Paris, 2016)
Luc FERRARI 
“Musiques dans les spasmes – Ecrits (1951-2005)”
livre, 236 pages
LES PRESSES DU RÉEL
Réf : 9782840668527
22,00 € ^
Les presses du réel, domaine Arts de la scène & arts sonores, collection Arts sonores – Hors série. Edité par Brunhild Ferrari et Jérôme Hansen. Préface de Jim O’Rourke.
Introduction de Brunhild Ferrari. Entretien avec Luc Ferrari par Pierre-Yves Macé et David Sanson. 17 x 24 cm (broché), 236 pages (ill. coul. et n&b).
Le recueil de manuscrits, pour la plupart inédits, de Luc Ferrari (1929-2005), pionnier de la musique concrète et l’un des plus libres penseurs de la musique contemporaine.

“Ce recueil de manuscrits s’étend sur les différentes périodes de la vie du compositeur Luc Ferrari, né à Paris en 1929. Il comprend des notes, des correspondances et des réflexions sur son travail, ainsi que des témoignages sur ses expériences, ses rencontres. Il révèle des confidences contenues à l’intérieur même de ses partitions et celles cachées dans ses journaux et restées secrètes vers l'extérieur. Plus de dix ans après la disparition de Luc Ferrari, ses archives de pensées écrites deviennent enfin accessibles. Bien que cette démarche puisse sembler quelque peu indiscrète, taire ces réflexions intimes serait trahir son auteur.” Brunhild Ferrari
Luc FERRARI 
'L'œuvre électronique'
10 CD + livret, 104 pages
INA-GRM
Réf : INA G 6017-6026
50,00 € indisponible ^
Retour en stock ! 'Décider de faire un coffret intitulé 'Luc Ferrari, l'œuvre électronique' - en prenant le mot électronique au sens le plus large du terme - c'est rassembler une partie essentielle du travail de ce compositeur : les musiques sur support sans intervention de l'instrument classique. (...) Ce coffret, plus qu'une simple compilation nécessaire, est à l'image de l'homme multiple, inventif, extraordinairement musicien.' Daniel Terrugi, David Jisse.
CD1 : 'Étude aux accidents', 'Étude aux sons tendus', 'Étude floue', 'Échantillon pour mimes', 'Visage 5', 'Tête et queue du dragon', 'Tautologos 1', 'Tautologos 2', 'Music Promenade'.
CD 2 : 'Hétérozygote', 'J'ai été coupé', 'Petite symphonie intuitive pour un paysage de printemps'.
CD 3 : 'Presque rien n°1 ou le lever du jour au bord de la mer', 'Presque rien n°2 ou Ainsi continue la nuit dans ma tête multiple', 'Presque rien avec filles', 'Presque rien n°4 La remontée du village'.
CD 4 : 'Danses organiques'.
CD 5 : 'Ouvert-Fermé', 'Unheimlich Schön', 'Dérivatif.
CD 6 : 'Dialogue ordinaire avec la machine ou trois fables pour bande doucement philosophiques', 'Strathoven', 'Capricorne', 'Chute libre'.
CD7 : 'Far-West News 1 : De Santa Fé à Monument Valley', 'Far-West News 2 : De Page à Grand Canyon'.
CD 8 : 'Far-West News 3: De Prescott à Los Angeles', 'Archive génétiquement modifiées'.
CD 9 : 'Les Anecdotiques, Exploitation des Concepts n°6'.
CD 10 : 'L'escalier des aveugles', 'Les Arythmiques'.
Luc FERRARI 
'Dialogue ordinaire avec la machine-Sexolidad'
CD
ELICA
Réf : MPO 4301
16,50 € ^
“Dialogue ordinaire avec la machine, ou trois fables pour bande doucement philosophiques” (1984). Luc Ferrari en dialogue avec la machine et Yannick Gornet (bande magnétique stéréo). Chanson : Michel Musseau. “Sexolidad” (1982-83). En six parties : les yeux, les mains, le regard, la bouche et la langue, le sexe et les oreilles et pour quinze instruments : flûte, hautbois, clarinette basse, basson, trompette, trombone, violon, alto, violoncelle, contrebasse, piano, deux percussions, celeste-glockenspiel. Enregistrement live par le Ives Ensemble. “Sexolidad est un parcours sur le corps et l’aventure qui se joue dans une attitude sexuelle. Les tonalités et leurs mélanges sont utilisés pour signifier ce voyage que le texte raconte. Il dit, en conclusion : “Sexolidad... le corps n’est pas un objet, Sexolidad ou le corps comme un instrument, instrument à penser, à voir, à sentir, à comprendre ; un instrument qui comprend, un instrument précieux et inconnu, un instrument qui est lui-même un tout, un instrument qui n’a pas de nom, une chanson de geste.” Digipack. Recommandé.
Luc FERRARI 
'Chantal'
CD
OHM/AVATAR
Réf : ohm 051
14,00 € indisponible ^
“Chantal, ou le portrait d’une villageoise. Juillet 1977-avril 1978. Bande magnétique stéréo. Réalisé en collaboration avec Brunhild Meyer. Prise de son et réalisation : Luc Ferrari en collaboration avec Brunhild Meyer-Ferrari. Montage et mixage : Luc Ferrari. Mastering réalisé à partir de la bande magnétique originale par Jérôme Joy, Meriol Lehmann-Avatar. Livret avec textes de Brunhild Ferrari, François Parra, Jérôme Joy, ErikM, Jocelyn Robert.” “1976. Un été très sec. Luc Ferrari et Brunhild Meyer chez des amis, près de Paris, sont couchés dans l’herbe. Ils étudient la carte de la France et font des projets de vacances. Luc demande à son ami qui est en train d’arroser son jardin, de lui envoyer une goûte d’eau. Elle tombe sur un petit village dans les Corbières, une région viticole dans le sud de la France. C’est là où ils décident d’aller en vacances. Ils parlent avec les gens, avec le facteur, les jeunes, avec le curé et l’anarchiste. Comment vit une jeune femme née dans un village, 22 ans, un enfant, mariée à un artisan maçon, le SMIG pour le ménage ? Elle dit ses occupations, ses désirs, ses troubles, ses problèmes de femme, la recherche de son émancipation.” extrait des notes de pochette.
Luc FERRARI 
'Presque rien'
double LP
RECOLLECTION GRM
Réf : Regrm 005
21,00 € ^
Réédition.
“Presque rien n°1, le lever du jour au bord de la mer” (1967-1970). Après la disparition totale des sons abstraits, on peut considérer cette pièce comme une diapositive sonore
et l’aboutissement de toute une évolution. Restitution réaliste la plus fidèle possible d’un village de pêcheurs qui se réveille. Première idée du minimalisme.
“Presque rien n°2, ainsi continue la nuit dans ma tête multiple” (1977). Description d’un paysage de nuit que le preneur de son essaie de cerner avec ses micros, mais la nuit surprend le “chasseur” et pénètre dans sa tête. C’est alors une double description : le paysage intérieur modifie la nuit extérieure et la composant, y rajoute sa propre réalité (imagination de la réalité) ; ou, peut-on dire, psychanalyse de son paysage de nuit ?
“Presque rien avec filles” (1989). Dans des paysages paradoxaux, un photographe ou un compositeur est caché, des jeunes filles sont là en une sorte de déjeuner sur l’herbe et lui donnent, sans le savoir, le spectacle de leur intimité.
“Presque rien n°4, la remontée du village” (1990-1998). J’ai toujours hésité avant de faire circuler un Presque rien. Par exemple le premier a mis deux années avant de sortir de sa cachette et ça a continué ainsi. Et pour le quatrième, il a fallu neuf années d’hésitation. Mais le voilà. Peut-être c’est parce que c’est un vrai faux Presque rien où la réalité et le mensonge sont mêlés. Il s’agit de la remontée du vieux village de Vintimille.
Luc FERRARI / Brunhild FERRARI Vincent ROYER 
'Ephémère'
CD
MODE
Réf : mode 285
17,00 € ^
“Ephémère” (1974) nouvelle version pour alto et bande signée Brunhild Ferrari (2012). Vincent Royer, alto. “Le Piano Englouti” (2012) de Brunhild Ferrari, version pour alto et bande. Vincent Royer, alto. “Pour que le vent soit propice” (2011) basé sur “Ce qu’a vu le Cers” (1978) de Luc Ferrari. Vincent Royer, alto, voix, percussion et électroniques.
Luc Ferrari a toujours été intéressé par les collaborations.
Le violoniste Vincent Royer commença à travailler avec lui en 2001.
“Ephémère” (1974) Cette pièce musicale - qui comme son nom l’indique est basée sur des “effets de mer”, est destinée à des instrumentistes aussi bien professionnels qu’amateurs, et à des musiciens ouverts à tous les genres musicaux. La bande sert de partition. Comme son nom l’indique aussi, cette bande a été conçue pour un moment d’occasion. Cette œuvre se situe entre la musqiue écrite et la musique totalement improvisée. Nouvelle version réalisée en 2012 par Brunhild Ferrari pour Vincent Royer.
“Le piano englouti” est une pièce pour sons fixés de Brunhild Ferrari constituée de captations réalisées sur deux îles et piano mais ici c’est une adaptation pour alto.
“Pour que le vent soit propice” est une improvisation pour alto et électroniques basée sur la pièce de Luc Ferrari “Ce qu’a vu le Cers”.
Luc FERRARI / GOL / Brunhild MEYER-FERRARI 
'Tautologos III'
CD
ESADHAR
Réf : PN0114
10,00 € ^
Une nouvelle rencontre du groupe Gol avec Brunhild Meyer-Ferrari. D'une part, 'Tautologos III' (1969), une partition texte composée par Luc Ferrari. Cette œuvre, d'une durée indéterminée, s'adresse à n'importe quel groupe d'instruments et l'auteur précise que 'les Tautologueurs peuvent sonoriser leurs instruments, soit par micros de contact, soit avec des micros traditionnels, soit avec tout autre moyen électroacoustique d'amplification simple ou de transformation complexe.' Et d'autre part, 'Havresac' (2012) improvisation organisée pour l'occasion et qui fait référence aux grandes œuvres ouvertes des années 50 - 60. Un disque recommandé !
Brunhild Meyer-Ferrari : 'Mes amis GOL, vous plairait-il de Tautologuer avec moi ?'. Gol : 'Oui très chère Brunhild !' (d'une seule voix). Gol, une formation de vapeur de lysergamide produite par le précipité des sons d'un bocal de nouilles électrifiées. C'est comme ça qu'ils cuisinent, sans faire attention, il y a toujours des taches sur le tapis, et ils remettent ça, ils ont apporté des objets plus ou moins homologués pour faire leur soupe, ça prend des couleurs non mentionnées dans le Pantone et à la fin on en redemande. Évidemment on ne sait jamais à quoi s'attendre. Après une première 'golaboration' fructueuse et un disque sur le label Planam, la joyeuse troupe à la discipline douteuse s'est adjoint à nouveau pour cet enregistrement la surveillance salvatrice d'une maîtresse de choix en la personne de Brunhild Meyer-Ferrari, connue pour avoir des années durant canalisé les épanchements de génie de feu son compagnon de vie Luc Ferrari, compositeur de la fameuse partition en 1969, savoureuse année érotique.
'Tautologos III' (1969) de Luc Ferrari avec Jean-Marcel Busson : électronique (Metacrackle, Luxonic), charango. Brunhild Meyer-Ferrari : voix, carton raclé. Frédéric Rebotier : voix, clarinette, boite à bonbons, papier déchiré. Ravi Shardja : basse, mandoline électrique, flûte traversière, sanza.
'Havresac' (2012) par Gol & Brunhild Ferrari. Avec Jean-Marcel Busson : électronique (Metacrackle, Luxonic). Brunhild Meyer-Ferrari : voix. Frédéric Rebotier : cymbales, voix, objets, électronique. Ravi Shardja : électronique, basse, cordes vocales.
Enregistré les 22 et 23 septembre 2012 au studio Honolulu / Le Havre. Enregistrement et mastering : Emmanuel Lalande.
Luc FERRARI by GOL with Brunhild FERRARI 
'Exercices d'improvisation'
LP
PLANAM
Réf : Planam ferragol
19,00 € ^
Après ses collaborations avec Charlemagne Palestine, Iancu Dumitrescu et Charles Hayward, GOL avec Ravi Sharja, Frédéric Rebotier, Samon Takahashi et Jean-Marcel Busson, invite Brunhild Ferrari pour interpréter les Exercices d'improvisation de Luc Ferrari de 1977 pour bande magnétique et instruments. Suite d'exercices (5 à 7 minutes chacun) qui peuvent faire l'objet d'improvisation individuelle ou collective pour n'importe quel instrument ou groupe d'instruments (8 au maximum). Chaque exercice est basé sur une continuité : couleur harmonique ou mélodique, rythmes, etc. Ils sont destinés à des amateurs, à des professionnels ou à des élèves et peuvent prendre place dans des concerts. L.F. Couverture de Jacques Brissot à partir de photos de Myriam Tirler. Tirage limité à 350 copies avec un insert présentant la partition complète.
Luc FERRARI-ENSEMBLE LABORINTUS & eRikm 
'Et tournent les sons'
CD
CÉSARÉ
Réf : Césaré 06034
12,00 € ^
Une coproduction Césaré, La Muse en Circuit, Ensemble Laborintus. Ensemble Laborintus : Hélène Breschand : harpe. Philippe Cornus : percussions. Sylvain Kassap : clarinettes. Adeline Lecce : violoncelle. Franck Masquelier : flûtes. & eRikm : platines cd sur 'Archives sauvées des eaux'. 1. "Et tournent les sons dans la garrigue" (1977) (Réflexion sur l'écriture n°1). Pour bande magnétique et ensemble instrumental. Ce qui est proposé est une partition d'intentions ou de désirs sonores, une bande magnétique qui indique des matières et des formes et des idées générales qui doivent donner un sens. Cette pièce se joue sur la communication entre les musiciens qui choisissent de la réaliser ou de 'l'inventer'. 2. "Archives sauvées des eaux" (2000-2005) (Exploitation des concepts n°3). Version pour deux cds sur lesquels se trouvent des séquences avec lesquelles on improvise. Ce sont des morceaux de mémoire magnétique sauvés d'une inondation. L'ensemble réagit à sa guise, mais en restant groupé et peut glisser quelques citations de 'Patajaslocha', suite de danses composées en 1984. Cette version a été préparée avec Luc Ferrari au cours de l'été 2005. Il devait interpréter lui-même la partie de cds, mais il nous a quittés six jours avant l'enregistrement.
Brunhild & Luc FERRARI 
'Contes sentimentaux'
4 CD
SHIIIN
Réf : shiiin 8
48,00 € ^
Réalisés entre 1989 et 1994 et diffusés par la radio allemande SWR/SWF entre 1990 et 1994, ces Contes Sentimentaux sont une autre façon pour Luc Ferrari de revenir sur son travail et de le commenter avec la complicité de sa femme Brunhild Ferrari. L'échange se fait en français et allemand. Si l'on connait le compositeur, c'est émouvant et anecdotique au sens de Ferrari. Si on l'ignore, c'est une jolie façon de le découvrir, de pénétrer un univers d'aventures sonores. Notes extraites du livret : 'Contes Sentimentaux est le titre que donne le compositeur français et auteur de hörspiels Luc Ferrari, aux petites histoires, épisodes et souvenirs personnels des jours, des nuits, des saisons, des lieux et des gens qui sont intimement liés à la naissance de ses compositions'. (Hermann Naber) Chaque Conte est construit à partir d'une composition musicale qui le traverse et qui en fait la trame. La parole du compositeur s'introduit dans cette texture et raconte à sa compagne des anecdotes et des confidences qui y sont liées. Le verbe y est libre et spontané. Ici le magnétophone est considéré par les deux protagonistes comme un bloc-notes, comme le journal l'est pour l'écrivain. 'Les contes Sentimentaux sont conçus directement en bilinguisme franco-allemand. Auteur et réalisateur s'interrogent mutuellement, chacun dans sa langue, l'utilisant non pas comme un usage de traduction mais comme un outil de création. La traduction devenant la musicalisation pour celui qui ne comprend pas l'une des langues. A la question, comment s'occuper du temps qui est celui de l'espace entre deux langues, les auteurs répondent ; en les mélangeant'. (L.F.) 'En projetant les Contes Sentimentaux, j'ai pris conscience (mais probablement le savais-je déjà) que souvent une situation, un fait de la vie, un voyage, un geste anodin avaient été le déclencheur d'une composition musicale. Et maintenant, ce sont ces aventures que je voudrais raconter et, je ne pourrais pas bien expliquer pourquoi tout à coup, ces réalisations me paraissent importantes dans mon travail'. (L.F.)
Gérard PATRIS-Luc FERRARI 
'Les grandes répétitions'
double DVD
K-FILMS
Réf : dvd163
33,00 € ^
"Cinq films de Gérard Patris et Luc Ferrari, sur deux dvds. Production du Service de La Recherche sous la direction de Pierre Schaeffer-ORTF. Le service de la recherche a constitué au sein de l'ORTF un véritable laboratoire d'innovations. Soucieux d'expérimenter de nouvelles relations au public, son directeur Pierre Schaeffer produit de 1965 à 1968 une série de portraits intimes de grands musiciens. Proposées par le réalisateur Gérard Patris et par le musicien Luc Ferrari, ces émissions associent directement le public à l'audition musicale et lui permettent de mieux pénétrer le langage des œuvres.
"Olivier Messiaen : Et Expecto Resurrectionem Mortuorum" (1965, nb, 44'). Commandée par Malraux à Messiaen en hommage aux morts des deux guerres, l'oeuvre sera jouée dans la cathédrale de Chartres le 19 Juin 1965 en présence du Général de Gaulle. La veille, lors de la répétition finale Olivier Messiaen commente chaque mouvement, s'explique sur le choix des timbres et intervient parfois pour corriger tel ou tel instrumentistes.
"Karlheinz Stockhausen : Momente" (1965, nb, 45'). Dans un studio d'enregistrement de Cologne, Stockhausen évoque la genèse et la signification de cette œuvre d'amour, dédiée à sa femme. Lors de la répétition un étrange dialogue tantôt muet, tantôt parlé s'installe entre la soprano Martina Arroya, les instrumentistes et les chœurs de l'orchestre de la Westdeutscher Rundfunk et Stokhausen qui les dirige.
"Hommage à Edgar Varese" (1965, nb, 66'). Cette émission est un hommage à Edgar Varese qui mourut quelques jours avant le filmage de la répétition d'une de ses œuvres. Ferdnand Ouellette, Iannis Xenakis, Olivier Messiaen, Herman Scherchen, André Jolivet, Pierre Schaeffer, Pierre Boulez et Marcel Duchamp évoquent la personnalité et l'œuvre de cet 'architecte du son'. Dans la deuxième partie de l'émission, Bruno Maderna dirige une répétition de 'Déserts'.
"Hermann Scherchen : Quand un Homme consacre sa vie à la Musique" (1967, nb, 57'). Dans l'église Saint-Roch à Paris, Herman Scherchen dirige avec une sensibilité fervente une répétition de 'L'Art de la Fugue' de Bach avec l'ensemble instrumental contemporain de Paris. L'orchestration du chef d'orchestre, magnifique travail d'orfèvre du contrepoint est l'œuvre finale d'un grand humaniste. Le film en lui-même est un adieu à la vie, car Scherchen meurt peu de temps après le tournage.
"Cecil Taylor à Paris" (1966, coul&nb, 44'). Rencontre avec Cecil Taylor, l'un des principaux pianistes noirs américains de free jazz. Avec quelques autres musiciens : le bassiste Ron Silva (sic. il s'agit bien évidemment d'Alan Silva), le saxo Jimmy Lyons et le batteur Andrew Cyrille ils improvisent une recherche de thèmes et de variations. Les notes qu'ils jouent, composent une matière sonore à l'opposé de toute forme préétablie, mise en jeux en même temps qu'elle est conçue." notes de l'éditeur