date de création
5 mai 1999

dernière mise à jour --
28 novembre 2017

 
Articles concernant DHOMONT Francis



Francis DHOMONT 
'Cycle de l'errance'
CD
empreintes DIGITALes
Réf : IMED 9607
12,00 €
'Points de fuite' (1982), ' mourir un peu' (1984-87), 'Espace/Escape' (1989). (Disque 1 du coffret double-CD 'Mouvances ~ Métaphores' de 1991 (IMED 9107/08).)
Francis DHOMONT 
'Les dérives du signe'
CD
empreintes DIGITALes
Réf : IMED 9608
12,00 €
“La mouvance est ici celle des sables. On croit tenir l’image mais elle fuit entre les doigts ou se laisse recouvrir, engloutie par une image nouvelle qui se referme sur elle. Ubiquité et ambiguïté des signes qui nous renseignent et nous égarent. Ces quatre pièces jouent sur le détournement. Détournement du discours musical dans Novars, des sources sonores dans Chiaroscuro, d’une perception sensorielle (synesthésie) dans Météores, de la nature dans Signé Dionysos. Sous le titre Mouvances~Métaphores sept œuvres reliées par une même thématique, celle du mouvement; qu’il s’agisse des déplacements virtuels du son dans l’espace géométrique ou des transferts métaphoriques du sens dans les lieux de l’imaginaire.” Francis Dhomont

“Novars” (1989), “Chiaroscuro” (1987), “Météores” (1989), “Signé Dionysos” (1986-91). (Disque 2 du coffret double-CD “Mouvances ~ Métaphores” de 1991 (IMED 9107/08).)
Francis DHOMONT 
'Sous le regard d'un soleil noir' (1979-81)
CD
empreintes DIGITALes
Réf : IMED 9633
12,00 €
Cycle des profondeurs, 1: Ce mélodrame acousmatique a été inspiré par les textes du psychiatre et psychanalyste Ronald D. Laing. Cette pièce marquante dans l'œuvre de Francis Dhomont était déjà sortie en vinyl au GRM.
Francis DHOMONT 
'Cycle du son'
CD
empreintes DIGITALes
Réf : IMED 0158
13,00 €
Né en 1926, Francis Dhomont découvre les possibilités de la musique concrète dès la fin des années 40. Depuis 1963, il ne compose que des musiques concrètes. Il vit à Montréal où il a enseigné à l'Université jusqu'en 1996. Ce cycle est une célébration du son et de la musique concrète. 'Puisant dans un même matériel sonore ('Etude aux objets' de Pierre Schaeffer), ces 4 pièces rebondissent sans arrêt l'une sur l'autre, s'interpellent, se répondent en échos, se complètent'. 'Objets retrouvés' (1996), 'AvatArsSon' (1998), 'Novars' (1989), Phonurgie' (1998).
Francis DHOMONT 
'Jalons'
CD
empreintes DIGITALes
Réf : IMED 0365
12,00 €
Francis Dhomont publie son sixième titre chez empreintes DIGITALes. 'Jalons' regroupe huit œuvres de 1985 à 2001 rarement entendues en concert. Un 'mini-panorama cette fois plus éclectique que ces précédents travaux plus thématiques. 'Vol d'Arondes' (1999), 'En cuerdas' (1998), 'Les moirures du temps' (1999-2000), 'Studio de nuit' (1992), 'Lettre de Sarajevo' (1995-96), 'Un autre printemps' (2000), 'Drôles d'oiseaux' (1985-2001), 'L'électro' (1990).
Francis DHOMONT 
'… et autres utopies'
CD
empreintes DIGITALes
Réf : IMED 0682
12,00 € ^
'Utopiques, ces mirages auditifs le sont assurément. Non dans le sens politique de la Cité idéale mais dans celui, étymologique, de ou-topos: qui n'appartiennent à aucun lieu, si ce n'est au domaine de l'imaginaire; créatures illusoires, donc, et ici acoustiques. Ces non-lieux sonores, ces chimères de la perception, issues de manipulations et formées d'éléments improbables, en perte d'identité, arrachés à toutes les sources audibles, sont des êtres fictifs, nés de l'invention nomade d'un rêveur. Utopiques aussi — ne l'a-t-on pas souvent dit ? — ces architectures de sons qui prétendent échapper aux codes des traditions musicales, ne tiennent pas compte de leurs impératifs et proposent à notre psyché un flux d'images mentales. Mais est-il besoin de rappeler tout cela, que nous savons fort bien? Sans doute, car en ces temps cybernétiques, qu'y a-t-il de plus nécessaire que la réalité de l'utopie? Voici donc cinq fantasmes à écouter les yeux fermés; ils imaginent successivement le son dans l'espace, la révolte de l'homme contre sa propre nature, quelques phénomènes lumineux, un voyage symbolique et les éclats tumultueux de l'exaltation.' 'Here and There' (2003), 'Je te salue, vieil océan!' (1998, 2000-04), 'Chroniques de la lumière' (1989, 2005), 'Voyage-miroir' (2004), 'Corps et âme' (2001-02).
Francis DHOMONT 
'Le cri du Choucas'
CD
empreintes DIGITALes
Réf : IMED 16138
12,00 € ^
“Le cri du Choucas” (2014, 15), bande stéréo.
Conçu dès 1997 et lentement mûri, Le cri du Choucas constitue le troisième et dernier volet de mon «Cycle des profondeurs», les deux premiers volets de ce long triptyque — environ trois heures — étant Sous le regard d’un soleil noir (1981) et Forêt profonde (1994-96) dont quelques rappels apparaissent dans le présent volet. Il s’agit de trois «mélodrames électroacoustiques» (Michel Chion) inspirés par une approche psychanalytique; ici, celle de Marthe Robert — critique littéraire, traductrice et psychanalyste — et particulièrement de son pénétrant essai, Seul, comme Franz Kafka (1979). Car, comme le remarquait Pierre Schaeffer: «[…] comment ne pas s’interroger sur l’élaboration même du musical, qui relie assez mystérieusement la psychologie des perceptions à celle des profondeurs?» et, a fortiori, sur la genèse de cette musique perceptive qu’est l’acousmatique, «psychologie des profondeurs» n’étant que l’autre nom de la psychanalyse.
Le cri du Choucas, pourquoi ce titre? Kavka est le nom tchèque du choucas, sorte de corbeau, dont l’effigie servait d’ailleurs d’enseigne au magasin de Hermann Kafka, père de Franz. Kafka disait lui-même: «Je suis un choucas, un kavka désemparé». La symbolique animale, très présente chez Kafka, m’a suggéré ce rapprochement et ce titre: cri profond, solitaire, insolite, jamais emphatique et souvent étouffé, qui se fait entendre dans chaque récit de cet auteur, fût-il fragmentaire.
Devant la loi, texte fameux du Procès, constitue le fil rouge de l’œuvre, la Loi étant ici une représentation métaphorique des domaines impénétrables auxquels se heurte le questionnement humain et non — comme la vulgate et l’adjectif «kafkaïen» réduisent généralement la pensée complexe de Kafka — la peinture d’aberrations bureaucratiques. C’est surtout «[…] ce à quoi il n’est pas question d’échapper»: une entrée dans la «connaissance» est ici spécialement ouverte pour l’homme qui se présente mais elle lui est en même temps interdite. Sa question — métaphysique — reste donc sans réponse. Symétriquement, un message essentiel lui est adressé qui ne lui parviendra jamais. «Dans La colonie pénitentiaire, écrit Marthe Robert, Kafka réduit la loi à n’être plus qu’un pouvoir coercitif démesuré, ayant pour seule fonction l’application automatique du châtiment».
Cette longue œuvre a été précédée de quatre Études pour Kafka qui constituent, avec de nouveaux éléments, le matériel musical de ce mélodrame. Mais il apparaît dans une organisation différente car il obéit à une scénarisation que souligne la présence de textes de-et-sur Kafka dits par des voix multiples, connues, anonymes ou métamorphosées.
Parmi les thèmes abordés dans cette œuvre: la Loi, la culpabilité, le père, la solitude, le rêve, les messages impossibles, la mort. Extraits, par ordre d’apparition, de Le procès, La colonie pénitentiaire, Lettre au père, Le verdict, Journal, Lettres à Felice, Le terrier, Un message impérial, La métamorphose.
Francis DHOMONT 
'Études pour Kafka'
CD
empreintes DIGITALes
Réf : IMED 09102
12,00 € ^
“Les œuvres d’envergure, comme “… mourir un peu”, “Sous le regard d’un soleil noir” ou “Forêt profonde”, me demandent toujours une longue période de réflexion — des années parfois — et de multiples études qui explorent les thématiques, testent les matériologies et annoncent l’œuvre finale. Elles en sont les prolégomènes. Cependant, celles proposées ici ont dépassé, par leur forme achevée, le niveau de l’esquisse et constituent des compositions autonomes qui préfigurent “Le cri du Choucas”, une longue œuvre, entreprise depuis douze ans, sur l’univers et la personnalité de Franz Kafka. Voici donc trois de ces ébauches autonomes, recherches sonores et approche impressionniste des thématiques kafkaïennes guidées par une pénétrante analyse de Marthe Robert (1914-1996) (Seul, comme Franz Kafka (1979), Calmann-Lévy, Paris).” Francis Dhomont

“Premières traces du Choucas” (Dhomont) (2006). “Brief an den Vater” (Dhomont-Kafka) (2005-06). “À propos de K” (Dhomont) (2006).
Francis DHOMONT 
'Birthdays'
LP monoface
BENIFFER
Réf : bff 130
17,00 € ^
Pour fêter les 85 ans du compositeur franco-québecquois de musique concrète, Francis Dhomont, un picture disque blanc monoface avec quatre compositions récentes et inédites : 'Quelques Eclats' (2010), 'Les Flux Des Sons' (2010), 'Forte-Piano' (2008, 10), 'Denature Parme-Sons' (2007). Tirage limité à 300 exemplaires.