date de création
5 mai 1999

dernière mise à jour --
28 novembre 2017

 
Articles concernant BILLARD



BILLARD/DJPP 
'Le nouveau retour des vieux'
CD
POTLATCH PROD.
Réf : djpp
15,00 €
Des chansons de François Billard avec des arrangements de Patrick Portella. Une véritable plongée dans la chanson française mais loin de l'actuelle, plutôt dans un imaginaire allant du Front Populaire à Bobby Lapointe. Absurde, ironique, poétique, politique, érotique autant de qualificatifs possibles pour juger des paroles dans des arrangements de samples exotiques. C'est tout simplement excellent. Un disque magnifique de simplicité et d'authenticité. On a le droit de penser autant à Berrocal qu'à Tazartès et encore à Lapointe. 'Un heureux compromis entre la musique éternelle (versant grivois) et la chanson expérimentale'. Encore une fois fortement recommandé ! Notes de l'auteur : 'Billard/DJpP est le dernier maillon publique de la 'désoeuvre' de François Billard. Depuis Here and Now (le groupe de Marc Hollander et de Paolo Radoni) puis Barricade dont il fut le co-fondateur en 1969, il s'est attaché à creuser le sillon de l'expérimentation tout azimut. Billard/DJpP (la référence aux DJ étant purement ironique) représente la musique et les paroles (globalement francophones) de François Billard, servies par des arrangements (au sens fort) de Patrick Portella (compositeur 'contemporain' aux multiples expériences, de ZNR aux Residents). Billard/DJpP se veut le chaînon manquant dans la chanson française, celui qui nous manque au regard de la 'consternante pauvreté' de l'actuelle chanson française (Billard dixit). L' 'innommable' Billard/DJpP se produit sur scène et en kilt depuis 2006.'
ROBILLARD & LES ENDIMANCHÉS 
'Tuer la misère'
CD
OPAQUE
Réf : add002
13,00 € indisponible
Enregistré par Antonin Rayon durant les mois de novembre et décembre 2008. Voix et instruments d’André Robillard, musique d’Alexis Forestier et voix de Charlotte Ranson. “On pourrait même se demander si l’art c’est pas puissant. […] C’est le machin d’artiste de l’art qui a fait disparaître la misère. Détruire la misère c’est pas rien. C’te sacrée misère…” André Robillard, né en 1931, a passé sa vie dans le centre hospitalier Georges Daumezon à Fleury-Les-Aubrais. Il y vit toujours, dans une maison indépendante, où depuis plus de quarante ans, il construit ses fusils faits de matériaux de récupération. Il appartient à la "constellation de l’art Brut" ; ses œuvres ont très tôt intégré les collections rassemblées par Jean Dubuffet. Il est en outre un musicien autodidacte, joue de l’harmonica, des percussions et pratique l’improvisation vocale brute. “L’univers musical d’André Robillard est en relation directe, immédiate avec ce que furent Les Endimanchés à leurs débuts, - vociférations et percussions sauvages, attrait pour les musiques traditionnelles et tendance prononcée à les malmener. En dehors des moments de percussions et d’improvisations vocales d’André ce sont essentiellement les poèmes de Paul Celan et de Paul Klee qui ont été mis en musique ; ils côtoient des pièces musicales de Eisler et Brecht, un texte de Fernand Deligny et quelques résidus de Lieder de Schubert”. Alexis Forestier