date de création
5 mai 1999

dernière mise à jour --
28 novembre 2017

 
Articles concernant Stéphane RIVES



Rodolphe ALEXIS / Stéphane RIVES 
'Winds doors poplars'
CD
HERBAL RECORDS
Réf : concrete 1401
15,50 €
Rodolphe Alexis, enregistrements de terrain et Stéphane Rives, saxophone soprano. Il s'agit d'un réel projet expérimental où la participation de chacun a été réalisée indépendamment puis mixée ensemble. Donc deux univers sonores sans lien direct à l'origine, deux situations différentes qui vivent grâce à l'enregistrement et questionne l'écoute et le hasard. Une approche aussi du placement de l'instrument dans une forme de paysage. Intriguant et jubilatoire ! Recommandé.
Marc BARON / Bertrand DENZLER / Jean-Luc GUIONNET / Stéphane RIVES 
'Propagations'
CD
POTLATCH
Réf : P 107
15,00 €
Un art du sonore où sons tenus et jeux de fréquences, battements, faux départs et silences, slaps, harmoniques et mirages acoustiques participent d'une musique de chambre moderniste. Minimal et austère. Et dans l'genre c'est excellent! Avec Marc Baron (saxophone alto), Bertrand Denzler (saxophone ténor), Jean-Luc Guionnet (saxophone alto), Stéphane Rives (saxophone soprano). Enregistrés le 12 janvier 2007 par Pierre-Henri Thiébaut au Carré Bleu à Poitiers.
Quentin DUBOST - Wade MATTHEWS - Stéphane RIVES - Ingar ZACH 
'Dining room music'
CD
CREATIVE SOURCES
Réf : CS 039
13,00 €
Quentin Dubost : guitare électrique. Wade Matthews : flûte alto et clarinette basse. Stéphane Rives : saxophone soprano. Ingar Zach : percussion. Improvisations collectives, mirages sonores et meta-musique où l'acoustique du lieu est instrumentalisée... Space is the place ! Enregistré par Vincent Fromont le 21 août 2004 à la Maison Bustros à Beyrouth (Liban). Mixé et masterisé par Stéphane Rives.
Bryan EUBANKS / Stéphane RIVES 
'fq'
CD
POTLATCH
Réf : P 215
15,00 €
Bryan Eubanks, oscillateurs et feedback. Stéphane Rives, saxophone soprano. Enregistré par Adam Asnan au Studio 8, Berlin-Wedding, 2014. Un choc de fréquences où chaque instrument disparaît dans la construction d'une unité sonore aride et vibrante. Nos oreilles sifflent et deviennent musicales. Une belle rencontre qui pousse loin la confrontation acoustique - électronique.
Wade MATTHEWS-Stéphane RIVES 
'Arethusa'
CD
ANOTHER TIMBRE
Réf : at20
12,00 €
Wade Matthews (synthése numérique et enregistrements joués) et Stéphane Rives (saxophone soprano) enregistrés en studio à Madrid (Espagne) durant le mois de juillet 2008. Une musique expérimentale de fusion électroacoustique, mutante, paradoxale et minimale, introspective et exploratoire. Dense et absorbante. Recommandé.
Seijiro MURAYAMA / Stéphane RIVES 
'Axiom for the duration'
CD
POTLATCH
Réf : P 211
15,00 € ^
'Établi en France depuis 1999, le percussioniste japonais Seijiro Murayama développe une approche musicale privilégiant l'espace sonore, l'énergie du public et la qualité du silence. Autant d'éléments qu'il parvient à revitaliser à partir de sons continus et de micro-événements. Installé désormais à Beyrouth (Liban), le saxophoniste français Stéphane Rives a développé ces dernières années sur le soprano une large palette de techniques étendues. Après avoir acquis une forte notoriété lors de la parution de son album solo Fibres, il a participé notamment au quartette de saxophones Propagations. Sur cet enregistrement, Seijiro Murayama et Stéphane Rives explorent toutes les subtilités des variations des drones et textures sonores.' Notes du label
Stéphane RIVES 
CD
POTLATCH
Réf : P 303
15,00 € ^
Saxophone soprano solo. Cela sonne très électronique, sifflement ultra aigu, vibrations dans les hautes fréquences, saturation du tuyau… Une approche très concrète de l'instrument. Une démarche qui s'inscrit dans celle d'autres souffleurs marqués par le son, le détail et le détournement de l'instrument. Excellent travail.
Stéphane RIVES 
'Much remains to be heard'
CD
AL MASLAKH RECORDINGS
Réf : Mslkh 09
14,00 € ^
Stéphane Rives (saxophone soprano) enregistré en octobre 2007.
'Dans mon premier disque solo, Fibres (chez Potlatch), la grande physicalité du son - dans le sens à la fois de la physique et de la corporalité - rendait l'audition instantanément captive de la prédominance des aigus, de l'accumulation des matières et de l'étirement des durées. Il proposait d'entendre un travail en chantier dont la présence assumée du labeur participait du processus même de la musique, s'employait à mettre à l'épreuve la situation de l'écoute en s'imposant sans ménagement par son occupation du temps et du lieu. En outre le processus engendré par la combinaison des facteurs mécaniques et acoustiques propres au saxophone apportait l'ensemble des événements aléatoires recherchés, mais avait paradoxalement le revers de contraindre le champ sonore dans un espace difficilement malléable. Guidé par ce paradoxe, je fus tout d'abord enclin à prolonger au maximum la durée du solo pour en épuiser ses possibilités intrinsèques, mais l'expérience répétée du concert me porta finalement vers une problématique transformée. Ce nouveau solo s'articule moins comme une continuité de Fibres qu'une introspection des éléments présents émancipés de leur état aggloméré. La densité discontinue et progressive de cette pièce adjoint au silence une fonction d'interrogation quasi existentielle tout en libérant l'auditeur de son formalisme apparent, lui laissant toute latitude pour replacer son écoute dans un espace et une temporalité qui lui sont propres. Cette autonomie poussant à mon sens vers une accentuation de la tension et de l'attente. Ce solo n'est ni une improvisation ni une composition. Les éléments sonores créés par l'improvisation ne sont pas agencés selon une préméditation compositionnelle mais selon la formalisation d'intuitions issues des expériences des concerts. La pièce a été construite dans un équilibre naturel et continu où les sons semblent s'engendrer les uns les autres à l'intérieur de leurs composantes plastiques - intensité, dynamique, durée, stabilité, épaisseur...' Tirage limité et numéroté de 500 exemplaires.